Les premiers frelons asiatiques aperçus en Flandre

Les apiculteurs belges sont appelés à une vigilance accrue à la suite de la découverte récente, dans une ruche à Audenarde, en Flandre orientale, d’un frelon asiatique (photo). Cette espèce invasive, qui aurait été introduite en Europe en 2004 par conteneurs de poteries chinoises importées via le port du Havre, en France, représente un danger pour la diversité et l’apiculture. C’est ce qu’indiquent notamment la plateforme de coopération Honeybee Valley de l’Université de Gand et l’Institut de recherche pour la Nature et la Forêt (INBO).

Le frelon asiatique (Vespa velutina) est un insecte invasif de la famille des guêpes, originaire d'Extrême-Orient. Depuis son arrivée accidentelle en Europe en 2004, il a colonisé plus de 50 départements français et a déjà été signalé à plusieurs reprises dans notre pays.

"L'expérience française montre que le frelon asiatique consomme localement beaucoup d'abeilles à la fin de l'été. L'arrivée de ce nouveau prédateur pourrait donc fragiliser les ruchers là où il parviendrait à s'établir en forte densité", peut-on lire par exemple sur le Portail de la Wallonie.

En Flandre, le premier cas de frelon vient d'être découvert : dans une ruche à Audenarde, en Flandre orientale. En Wallonie, deux nids de frelons asiatiques avaient dû être détruits en 2016. Dans la foulée, un réseau de surveillance active avait été mis en place afin de freiner leur installation et empêcher leur reproduction.

Concrètement, quiconque détecte un frelon ou pense en avoir aperçu un est invité à prendre une photo de l'insecte, à le localiser et à prendre contact avec la plateforme de coopération Honeybee Valley de l’Université de Gand, avec le Centre wallon de recherches agronomiques (cra-w), l'association Cari (qui regroupe les apiculteurs en Wallonie et à Bruxelles), ou encore à remplir le formulaire d'observation sur le site http://biodiversite.wallonie.be/frelon.

Le cabinet du ministre wallon de la Nature, René Collin, appelle par ailleurs à la prudence et recommande de ne pas détruire soi-même les nids. "La destruction du frelon asiatique est une opération dangereuse, le frelon pouvant se montrer très agressif lorsqu'on attaque son nid", indique-t-on. D'autant plus qu'une équipe du cra-w, formée spécialement pour les détruire, est prête à intervenir.

Tim Adriaens de l’Institut de recherche pour la Nature et la Forêt (INBO) précise que "70% des nids de frelons asiatiques sont installés dans des arbres, à une hauteur de plus de10 mètres. Il n’est possible de s’en débarrasser que le soir, quand toutes les ouvrières sont rentrées au nid".