"Nous avons de très bons contacts avec les services de sécurité de Trump"

La visite du président américain Donald Trump, mercredi et jeudi à Bruxelles, va entraîner toute une série de mesures de sécurité, mais le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) ne s’inquiète pas. "Je peux vous garantir que la capacité nécessaire pour ce genre d’évènement sera au rendez-vous" a-t-il déclaré ce dimanche lors de l'émission "De zevende dag".
Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.

"Nous n’en sommes pas à notre coup d’essai, de nombreux chefs d’Etat se rendent à Bruxelles que ce soit pour un sommet de l’OTAN ou un sommet européen. Je peux vous garantir que la capacité nécessaire pour ce genre d’évènement sera au rendez-vous. J’ai rencontré le bourgmestre de Bruxelles et tout est sous contrôle. En cette période je ne peux pas garantir une sécurité à 100% mais tout ce dont nous avons besoin pour maximaliser la sécurité sera mis en place" a-t-il déclaré lors de l'émission "De zevende dag".

Jan Jambon souligne qu’il veillera en même temps à ce que la capacité continue d’être assurée sur tout le territoire.

Le président américain sera aussi accompagné d’une importante délégation ainsi que de son propre service de sécurité mais Jan Jambon ne pense pas qu’il puisse y avoir de conflit entre les services de sécurité belges et celui du président américain.

"De nombreuses concertations ont eu lieu et cela se passe de manière optimale. Ce n’est pas non plus la première fois qu’un président américain se rend à Bruxelles. Donald Trump aura une délégation équivalente à celle du président Obama. J’espère seulement qu’il repartira avec une meilleure idée de Bruxelles que celle qui avait exprimé durant la campagne électorale américaine". (Ndlr : Trump avait alors qualifié Bruxelles de "trou de l’enfer").

Le problème de la visite de Donald Trump à Bruxelles le 24 mai prochain, c’est qu’elle s’accompagnera d’une série d’autres événements. À commencer bien sûr par le sommet de l’Otan organisé ce jour-là (29 chefs d’État y seront présents) mais aussi et surtout l’arrivée au même moment du président turc Erdogan. La visite de ce dernier engendrera plusieurs manifestations qu’il faudra gérer en même temps que celles prévues autour de l’arrivée de Donald Trump.

"Des manifestations ont déjà été annoncées. Nous devons faire en sorte que l’ordre public soit respecté mais nous vivons dans un pays libre. Il faut donc rechercher un juste milieu. Nous ignorons encore si Erdogan fera un discours ailleurs mais il viendra au sommet de l’Otan".

Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.