Jan Jambon : "Pas question d’avoir des policières voilées"

Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) a rejeté, dimanche, l’idée du bourgmestre de Vilvorde Hans Bonte (SP.A) de permettre à la police locale de décider si elle autorise ou non le port du voile pour les policières en service. "Des agentes voilées, cela n’est pas à l’ordre du jour" a déclaré Jan Jambon lors de l’émission dominicale "De zevende dag" (VRT).

"Je veux être très clair. Cette proposition n’est pas à l’ordre du jour et d’ailleurs il n’y aura aucune raison pour cela. Si vous autorisez aux agents le port de symboles religieux ou politiques alors on assistera à une véritable cacophonie. Un policier ou une policière assurent un service public en toute neutralité. Les policiers doivent souvent intervenir pour régler des problèmes entre différents groupes. Si nous autorisons les symboles religieux ostentatoires c’est la porte ouverte à tous les excès. Je veux être très clair : cela n’arrivera pas".

Cela ne signifie pas que Jan Jambon est opposé à la diversité dans les corps de police. "C’est autre chose. Je suis tout à fait favorable à la diversité dans les corps de police. Mais il y a une différence entre accepter la diversité et le fait de porter des symboles religieux" a-t-il ajouté.

"Il y a un projet pilote à Anvers, nous allons à présent l’étendre à d’autres zones de police, où nous allons recruter dans des communautés allochtones. Nous allons former ces gens pour qu’ils puissent accéder à la fonction de policier."

Le bourgmestre de Vilvorde Hans Bonte a déclaré la semaine dernière que les chefs de corps des polices locales devraient pouvoir décider si oui ou non des policières de confession musulmane peuvent porter le voile en service.