Le SP.A pour un renforcement des frontières extérieures de l'UE

Le SP.A a plaidé dimanche en faveur d'une réforme profonde de l'Union européenne. Le parti socialiste flamand a notamment plaidé pour une politique d'achat européen des pouvoirs publics, la possibilité de suspendre la libre circulation en cas de dumping social, des frontières extérieures renforcées et une assurance chômage européenne en cas de crise.
Nicolas Maeterlinck

Le pilier social proposé récemment par la Commission européenne apparaît insuffisant aux yeux du SP.A, a expliqué le président John Crombez lors d'un congrès à Bruxelles.

Le parti veut une "Union des Etats-providence", dont les normes sociales seraient contraignantes, qui laisserait plus d'espace aux investissements sociaux et à la solidarité lorsque surviennent les difficultés.

Dans cet esprit, les socialistes flamands préconisent un "Buy European Act" par lequel la moitié des marchés publics en Europe devraient viser des produits européens.

Le SP.A verrait par ailleurs d'un bon oeil le renforcement des frontières extérieures de l'Union européenne, de manière à y traiter les demandes d'asile et à répartir ensuite de façon équitable les demandeurs entre les Etats membres, et la prise en charge des réfugiés dans la région où ils se trouvent pour procéder ensuite à une réinstallation contrôlée des plus vulnérables.

Le parti socialiste flamand s'est montré déterminé à mener le combat en faveur de sa vision de l'Europe.

"A ceux qui nous disent que nous, socialistes, ne voulons pas jouer trop fort, je dis: essayez, nous avons changé. Avec tous les progressistes, de Varoufakis à Macron, nous ferons l'Europe de demain", a lancé John Crombez.