Fraudes chiffrées à 5 millions d'euros dans le secteur des soins de santé en 2016

Docteurs, infirmiers et hôpitaux comptabilisent en 2016 5,3 millions d'euros de fraude selon un document du service d'évaluation et de contrôle médicaux de l'Inami, dont Het Nieuwsblad et Gazet van Antwerpen ont pris connaissance lundi. Il s'agit de cas de surtarification, comme l'application du tarif de nuit pour une consultation de jour par exemple.
Cedric Hatto

Le service d'inspection a ouvert 87 dossiers de fraude l'an passé. Il en ressort que ceux-ci concernent avant tout les infirmiers à domicile, qui accumulent une fraude d'1,8 million d'euros.
"Bien qu'ils ne représentent qu'une toute petite minorité, ils ternissent l'image du secteur", s'inquiète l'économiste de la santé, Lieven Annemans, qui souligne aussi que la fraude décelée n'est qu'un partie de la totalité des abus.

Les professionnels de la santé qui fraudent s'exposent à des amendes représentant 200% des montants concernés. Dans des cas extrêmes, ils peuvent être suspendus ou purger une peine de prison.

La plupart des fraudes consistent à demander un versement plus élevé que le prix prévu pour la prestation. L'an passé, 3,3 millions d'euros ont toutefois été récupérés pour des traitement ou soins qui n'ont pas été prodigués.

Les patients fraudent parfois aussi: ces abus ont représenté 65.000 euros en 2016.