Feu vert pour préparer la fusion entre Aalter et Knesselare

Les conseils communaux d’Aalter (photo) et de Knesselare ont approuvé mardi soir, simultanément, l’intention de fusion des deux communes de Flandre orientale. Les prochains mois seront dédiés à une clarification des aspects pratiques de cette démarche, qui devra encore être approuvée définitivement à la fin de l’année. Knesselare sera ensuite rattachée à Aalter, qui donnera son nom à la nouvelle commune fusionnée.

A Aalter (photo), aucun conseiller communal ne s’est exprimé mardi soir à l’encontre d’une fusion avec Knesselare. Plusieurs membres du parti écologiste Groen se sont par contre abstenus. Le parti a en effet formulé quatre conditions à la fusion, comme notamment un meilleur accès aux services, et regretté qu’il n’y ait pas encore de débat de fond ni de transparence sur la proposition de fusion.

A Knesselare également, où le débat a duré un peu plus longtemps qu’à Aalter, trois membres de Groen se sont abstenus de voter. Le parti E-VA a voté contre, alors que les 12 membres présents du parti 9910 de la majorité ont voté en faveur de la fusion.

Le 1er janvier 2019, Knesselare devrait être rattachée à Aalter et la nouvelle commune fusionnée devrait s’appeler Aalter.

Plusieurs projets de fusion de communes

Alors que la dernière fusion de communes en Flandre remonte à 1983, les projets de fusion se multiplient récemment dans le nord de la Belgique.

Ainsi, dès le 1er janvier 2019, les communes limbourgeoises de Meeuwen-Gruitrode et Opglabbeek fusionneront sous le nom d’Oudsbergen. C’est ce qui a été annoncé le 9 mai dernier, au cours d’un événement réunissant des écoliers.

Les communes de Sint-Amands et Puurs (photo), en province anversoise, souhaiteraient aussi fusionner. Quant aux communes de Zingem et Kruishoutem, en Flandre orientale, elles l’envisagent également.