Le président Trump passera 30 heures en Belgique

Donald Trump (photo) et son épouse Melania arrivent ce mercredi vers 16h à Zaventem, en provenance de l’Italie, pour une visite éclair en marge de la réunion spéciale des 28 membres de l’Otan. Le président américain s’entretiendra notamment avec les souverains Philippe et Mathilde et le Premier ministre Charles Michel, ainsi que les dirigeants de l’Union européenne. La première dame aura également un programme chargé. Les mesures de sécurité exceptionnelles prises pour cette visite perturberont la circulation et les transports en commun ces mercredi et jeudi dans la capitale.

L'arrivée du couple présidentiel américain est prévue vers 16h à Brussels Airport, d’où leur avion Air Force One roulera vers l’aéroport militaire de Melsbroek. Le président et la première dame seront ensuite reçus en audience au Palais royal par le roi Philippe et la reine Mathilde (photo archives).

Dans la foulée, Donald Trump rencontrera le Premier ministre Charles Michel pour une réunion de travail, qui se déroulera également au Palais royal.

FRANCOIS LENOIR

Le couple présidentiel effectuera ses déplacements à Bruxelles à bord de la voiture blindée surnommée The Beast (photo), qui peut résister aux impacts de balles, aux grenades et même à une attaque chimique. Elle est amenée depuis les Etats-Unis, tout comme 55 autres véhicules à bord de 30 avions cargo. Il faut dire que la délégation qui accompagne Donald Trump comprend un millier de personnes.

Pendant le court déplacement entre l’aéroport et le centre de Bruxelles, la petite ceinture de la capitale et l’autoroute E40 seront fermés à la circulation.

La nuit à l’hôtel ou l’ambassade ?

L’endroit où le couple présidentiel passera la nuit est encore un secret bien gardé. Le prédécesseur de Trump, Barack Obama, avait logé à The Hotel (photo), au centre de Bruxelles, lors de ses visites dans la capitale de l’Europe. Mais il semblerait que Donald Trump ne séjournera pas à l’hôtel, mais plutôt dans la résidence de l’ambassade des Etats-Unis.

L’information n’a cependant pas été confirmée. Melania Trump logerait, elle, plutôt à The Hotel, avec le reste de la délégation américaine. Une autre information qui reste secrète.

Rencontres avec des leaders européens et réunion à l’Otan

Leur séjour éclair dans la capitale se poursuivra jeudi avec une réunion de travail, en matinée, entre Donald Trump et le Premier ministre Charles Michel (photo) et le nouveau président français Emmanuel Macron.

Le président américain rencontrera ensuite les présidents de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et du Parlement européen Antonio Tajani, mais aussi le président du Conseil européen Donald Tusk et la Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini. Donald Trump devrait ensuite revoir son homologue français Emmanuel Macron pour un lunch de travail à l’ambassade américaine.

La "réunion spéciale" des dirigeants des 28 membres de l'Otan aura lieu jeudi après-midi, et débutera par l’inauguration officielle du nouveau quartier général de l’Otan, à Haren. Les dirigeants devraient aussi s’entretenir de l’avenir militaire de l’Alliance.

La rencontre de quelques heures permettra surtout aux alliés européens de Washington de comprendre les intentions du président Trump envers cette Alliance militaire presque septuagénaire et donc de l'Europe, alors qu'il a été élu sur un programme isolationniste. Les commentaires de Trump, qui avait jugé l'Otan "obsolète" - avant de se raviser -, ont suscité un profond malaise au sein de l'organisation, dont la mission première est la défense collective de ses membres, placés sous le parapluie nucléaire américain.

BELGA

Que font les premières dames ?

Melania Trump (photo) et les conjoints de nombreux dirigeants qui seront présents à Bruxelles auront également droit à un programme chargé. La première dame américaine visitera ainsi l'hôpital des enfants Reine Fabiola à Bruxelles, en matinée.

Elle se rendra aussi, notamment avec Brigitte Macron, au Musée Magritte et dans la luxueuse boutique de maroquinerie belge Delvaux, avant de visiter les serres du château de Laeken, en compagnie de la reine Mathilde.

Donald Trump et sa suite devraient quitter la Belgique vers 21h, jeudi, depuis l’aéroport militaire de Melsbroek, pour se rendre en Sicile. Le président américain y assistera vendredi à la réunion du G7.

Perturbations attendues

La venue de Donald Trump à Bruxelles et la réunion spéciale de l'Otan compromettront sérieusement la circulation dans la capitale ces mercredi et jeudi. Des artères importantes de la métropole seront ainsi soustraites au trafic et plusieurs quartiers bouclés. La police de la zone Bruxelles Capitale-Ixelles a averti qu'"il sera difficile de se déplacer en voiture à Bruxelles jeudi", même s'il s'agit d'un jour férié. L'utilisation des transports en commun est dès lors recommandée.

Dès ce mercredi après-midi, et surtout durant toute la journée de jeudi, les déplacements en véhicule à Bruxelles seront problématiques. Des axes importants seront ainsi soustraits à la circulation. Ces coupures concernent notamment le périmètre classique "Schuman" (quartier européen) ainsi que les alentours de l'Otan, les environs de la place des Palais et du boulevard de Waterloo, ainsi que la petite ceinture en surface entre la place Louise et Arts-Loi.

La circulation sera également coupée au trafic dans la rue Ducale, la rue de la Loi et la rue Belliard. Ces coupures pourront durer plusieurs heures. Le stationnement y sera également interdit. Les voitures, scooters, et vélos qui n'auraient pas été déplacés par leurs propriétaires seront enlevés.

La police de la zone Bruxelles Capitale-Ixelles recommande de privilégier les déplacements en transports en commun. Le métro ainsi que les trains rouleront normalement. De mercredi 14h30 jusqu'à jeudi 16h30, certains accès aux stations de métro Arts-Loi, Schuman, Trône, Louise et Porte de Namur seront toutefois fermés. La station Schuman restera quant à elle entièrement fermée jeudi, a annoncé la société bruxelloise de transports en commun Stib.

Entre l'aéroport de Zaventem et le centre de Bruxelles, la circulation des bus et des trams sera par ailleurs gérée en temps réel et adaptée en fonction du trajet de Donald Trump. "Les lignes de trams 92, 93, 94 et les bus dans les environs de Trône seront particulièrement impactés", a prévenu la Stib.

La marche de protestation "Trump not Welcome", dont le cortège partira mercredi à 17h de la gare du Nord et passera par la place Sainctelette, Fedasil, la rue Dansaert, la Bourse et le boulevard Emile Jacqmain, perturbera également le réseau de surface de la Stib.