Un nouveau témoignage dénonce les gestes déplacés d'un entraîneur de judo

Un nouveau témoignage dénonce des gestes inappropriés de l’entraîneur de judo déjà mis en cause par les ex-judokas Ann Simons (photo) et Niki Heylen. Une femme a confié anonymement mardi soir lors de l’émission "Terzake" (VRT) que l’entraîneur avait tenté de l’embrasser dans les vestiaires alors qu’elle n’avait que 13 ans.

L'entraîneur de judo qui avait été accusé jeudi dernier de comportements sexuels déplacés par les ex-judokas Ann Simons et Niki Heylen a catégoriquement nié les imputations dont il fait l'objet. "Je n'ai jamais posé de geste déplacé comme les prendre sur mes genoux", a-t-il indiqué dans une déclaration transmise mardi à Sporza.be. Dans l'émission "Terzake" de la VRT ce mardi soir, une judoka anonyme a toutefois raconté anonymement avoir elle aussi subi des gestes inappropriés.

"Je n'ai jamais accepté de tels comportements sous ma responsabilité et je n'ai jamais fait l'objet de plaintes d'une athlète, que ce soit en tant que personne ou en tant que responsable de la fédération. Je n'aurais dès lors jamais pu sanctionner une athlète pour un dépôt de plainte, comme cela a été erronément indiqué dans De Standaard", a réagi l'entraîneur auprès de Sporza.be.

Le coach admet que les judokas devaient effectuer certains entraînements de condition physique dans des tenues moulantes, mais que cela se justifiait pour des raisons techniques comme la posture à prendre. Il nie par ailleurs avoir participé à des soirées arrosées avec les athlètes.

"La seule chose que l'on peut me reprocher, c'est d'avoir à une seule reprise fait des remarques équivoque pendant un camp d'entraînement. Je ne visais aucun athlète personnellement. J'ai l'impression que la plainte d'Ann Simons est liée à cet événement. Je me dois de préciser qu'elle était alors âgée de 25 ans", fait valoir le technicien.

L'entraîneur conclut en indiquant qu'il compte défendre son honneur devant la justice. "J'attends le jugement avec confiance."

Depuis cet interview, un nouveau témoignage accuse cet homme. Dans l'émission Terzake de la VRT, une femme anonyme a relaté qu'il avait tenté de l'embrasser dans les vestiaires alors qu'elle avait à peine 13 ans.

Un autre entraîneur a voulu profiter du fait qu'elle s'était blessée à la clavicule pour lui caresser la poitrine, a-t-elle également témoigné.

La fédération flamande de judo est sous le feu des critiques après que des témoignages d'ex-judokates sont apparus dans les médias flamands ces derniers jours, évoquant une atmosphère machiste avec son lot de dénigrement verbal et d'agissements inadéquats à caractère sexuel.