La santé, essentielle au bien-être des Belges

D’après une analyse du Bureau fédéral du Plan, publiée ce vendredi, la santé - tant mentale que physique - serait le principal déterminant du bien-être des Belges. Elle compterait encore davantage pour ces derniers qu’un bon revenu, le fait d’avoir un travail et d’être entourés de proches. Sur une échelle comprise entre 0 et 10, les Belges évaluent leur bien-être à un peu plus de 7,5 points en moyenne.
SAMUEL ASHFIELD/SCIENCE PHOTO LIBRARY

Selon l'étude du Bureau fédéral du Plan, la santé joue un rôle déterminant, de sorte qu'être en très mauvais état de santé fait perdre en moyenne plus de 1,6 point de bien-être par rapport aux personnes qui se déclarent en bonne santé.

Autre facteur important, le revenu. Avoir un faible revenu ou un revenu insuffisant pour pouvoir accéder à un mode de vie considéré comme standard en Belgique fait perdre près de 0,7 point de bien-être.

En comparaison à la moyenne, les Belges en incapacité permanente de travail, au chômage, sans diplôme ou vivant seuls sont également moins satisfaits de leur vie. Par rapport à un salarié à temps plein, être en incapacité permanente de travail ou être au chômage font respectivement baisser le bien-être de 0,5 et 0,2 point environ. De même, ne pas avoir de diplôme fait baisser le bien-être des Belges de l'ordre de 0,3 point.

Le fait d'être entouré de proches participe également au bonheur. Ne pas vivre seul, avoir une personne à qui se confier et avoir une personne à qui demander de l'aide font chacun augmenter le bien-être entre 0,2 et 0,3 point.

Les déterminants n'ont toutefois pas la même importance pour tous les Belges, relève l'étude. Par exemple, être en très mauvaise santé, ne pas être marié ou voir son revenu diminuer affectent relativement plus le bien-être des chômeurs. De même, être en incapacité permanente de travail, sans diplôme ou encore ne pas pouvoir demander de l'aide à quelqu'un impactent relativement plus le bien-être des moins de 25 ans.

Ces résultats se fondent sur une enquête menée en 2013 auprès d'environ 6.000 ménages belges (11.000 personnes), dans le cadre de l'enquête européenne sur les revenus et conditions de vie EU-SILC.

Les plus consultés