Victor Julien-Laferrière remporte le Reine Elisabeth de violoncelle

Au terme d’une semaine de concerts donnés au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles par les douze finalistes du premier Concours musical international Reine Elisabeth de Belgique dédié au violoncelle, le jeune Français Victor Julien-Laferrière (26 ans) a remporté le premier prix, le Grand Prix international Reine Elisabeth. Le Biélorusse Ivan Karizna, qui donnait comme Julien-Laferrière sa prestation finale samedi soir, reçoit le Prix du public des chaines culturelles de la VRT, Canvas et Klara.

Le vainqueur et les cinq autres lauréats classés (parmi 12 finalistes) ont été annoncés vers minuit dans la nuit de samedi à dimanche, par le président du prestigieux jury, Arie Van Lysebeth. Sous le regard de la reine Mathilde et de sa fille ainée la princesse Elisabeth (photo du Concours de 2016), présentes dans la salle Henry Le Boeuf du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, c'est le nom du Français de 26 ans, issu du Conservatoire de Paris, qui a été prononcé en premier.

Arie Van Lysebeth (photo) avait d'abord pris le temps de remercier la Reine pour son soutien à l'évènement, qui était jusqu'à cette année consacré alternativement au piano, au chant et au violon, chaque cycle de quatre ans comprenant également une année de répit.

Année de répit qui a désormais disparu, avec l'instauration d'une première édition pour violoncellistes. "Il y a 80 ans" - le premier "Concours Ysaÿe" a en effet eu lieu en 1937 -, "on ne pouvait pas penser qu'on serait là dans cette salle aujourd'hui, à clore le cycle de ces quatre ans de concours", s'est réjoui le président du jury avant de passer à la proclamation des lauréats.

Victor Julien-Laferrière faisait partie des derniers candidats à se produire devant le jury et le public bruxellois, durant la dernière soirée de finale, ce samedi. Après l'imposé intitulé "Sublimation" du compositeur japonais Toshio Hosokawa, le Français avait interprété le Concerto n. 1 en mi bémol majeur de Dmitry Shostakovich, comme d'ailleurs l'autre candidat de la soirée, le Biélorusse Ivan Karizna.

Le deuxième prix, le Prix Eugène Ysaÿe, a été décerné au Japonais Yuya Okamoto. Le troisième, le Prix Comte de Launoit, est revenu au Colombien Santiago Cañón-Valencia, le 4e Prix (offert par le gouvernement de la Communauté germanophone) allait au Français Aurélien Pascal. Ivan Karizna obtenait le 5e Prix, de la Région de Bruxelles-capitale, et l'Américain Brannon Cho le 6e Prix, décerné par la Ville de Bruxelles.

Les six autres finalistes sont des lauréats non classés, et appelés sur la scène par ordre alphabétique, pour serrer la main du jury et recevoir les applaudissements nourris du public. Il s’agit du Chinois Sihao He, de la Coréenne Seugmin Kang, du Polonais Maciej Kulakowski, de la Coréenne JeongHyoun Christine Lee (qui étudie depuis deux ans à la Chapelle Reine Elisabeth en Belgique), du Français Yan Levionnois et du Français Bruno Philippe.

Qui est Victor Julien-Laferrière ?

Agé de 26 ans, le violoncelliste français a étudié au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, puis avec Heinrich Schiff à l’Universität für Musik und darstellende Kunst de Vienne, et au Mozarteum de Salzbourg avec Clemens Hagen.

En 2012, il a remporté le Premier Prix, ainsi que deux prix spéciaux, au Concours du Printemps de Prague. En compagnie d’Adam Laloum et Mi-Sa Yang, il a fondé le Trio Les Esprits, qui est en résidence à la Fondation Singer-Polignac et qui a fait paraitre son premier CD chez Mirare en 2014. Sous le même label, un disque de sonates paru avec le pianiste Adam Laloum a reçu un Diapason d’Or en 2016.

Victor Julien-Laferrière a joué avec des formations telles que l’Orchestre Philharmonique de Radio France et l’Orchestre National d’Île-de-France, et des artistes comme Augustin Dumay, Renaud Capuçon, David Grimal ou encore Antoine Tamestit.

Il joue un violoncelle construit par un luthier anonyme, vraisemblablement à Milan en 1720. Le Premier Prix du Concours Reine Elisabeth lui procurera plusieurs concerts et un enregistrement, notamment.

Portrait de Victor Julien-Laferrière (Canvas)