Onkelinx : "Mayeur ne sera pas échevin à Bruxelles"

Le bourgmestre démissionnaire de Bruxelles, Yvan Mayeur (PS), qui a commis une "faute éthique" en acceptant une rémunération pour ses activités au sein du Samusocial (qui aide les sans-abris), devrait également démissionner du collège des bourgmestre et échevins de la capitale, a affirmé vendredi matin la présidente de la fédération bruxelloise du PS, Laurette Onkelinx. Les discussions au sein de la majorité socialiste-libérale de la Ville de Bruxelles sur l’ajustement des rôles au sein du collège reprennent ce vendredi.

Suspendues au cours de la nuit, après quelques heures d’échanges, les discussions au sein de la majorité socialiste-libérale devaient reprendre ce vendredi vers 10h. Le lieu de réunion a été tenu secret, comme celui de la réunion de jeudi soir, au cours de laquelle Yvan Mayeur (photo) devait annoncer officiellement sa démission à la majorité.

Aucune information n'a filtré au sujet du contenu des échanges relatifs aux suites à donner à la présentation par le bourgmestre de sa démission, dans le contexte du dossier du Samusocial, à une exception près: du côté socialiste on a formellement démenti, sur le coup de minuit, qu'Yvan Mayeur "s'accroche" à son mandat, comme l'ont laissé entendre certains messages sur les médias sociaux, plus tôt dans la soirée.

On a aussi appris que la démission d'Yvan Mayeur prendra effet le 26 juin, date de la prochaine séance du conseil communal, par ailleurs théoriquement la dernière avant les vacances.

Les chances de voir le SP.A participer ce vendredi aux négociations au sein de la majorité socialiste-libérale de la Ville de Bruxelles sur l'ajustement des rôles au sein du collège dans le contexte de la démission du bourgmestre Yvan Mayeur sont faibles, avait indiqué le président des socialistes flamands, John Crombez. Mathématiquement, la présence des socialistes flamands n'est pas indispensable à la majorité.

Mayeur "a commis une faute éthique"

Le bourgmestre démissionnaire de Bruxelles, qui a commis une "faute éthique" en acceptant une rémunération pour ses activités au sein du Samusocial, "a présenté sa démission non seulement au poste de bourgmestre mais également comme membre du collège des bourgmestre et échevins", affirmé ce vendredi matin Laurette Onkelinx, "pour mettre fin à certaines rumeurs".

Selon la présidente de la fédération bruxelloise du PS, Yvan Mayeur "a commis une faute éthique" en percevant "700 à 800 euros nets par mois pour un travail réel" au sein du Samusocial.

"Sa démission était incontournable. Il n'avait pas à se faire payer même s'il a beaucoup travaillé au sein du Samuscocial. C'était un mandataire qui avait suffisamment de moyens financiers", a souligné la "patronne" du PS bruxellois.

Le parquet ouvre une information judiciaire

Le parquet de Bruxelles a ouvert une information judiciaire concernant le Samusocial, afin de déterminer si "d'éventuelles infractions pénales" ont été commises dans le cadre de la gestion de l'asbl, a indiqué vendredi son porte-parole.

Le parquet n'a pas souhaité commenter davantage le dossier. Il est apparu ces derniers jours que les membres du conseil d'administration du Samusocial, une asbl qui s'occupe de l'accueil de sans-abris à Bruxelles, se voyaient attribuer des jetons de présence pour des réunions qui n'ont potentiellement pas eu lieu.

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur et la présidente du CPAS de la Ville de Bruxelles Pascale Peraïta (PS), auraient ainsi touché chacun de 15.000 à 19.000 euros par an. La provenance de l'argent attribué à ces rémunérations n'a pas pu être clairement établie.

La polémique suscitée par ces pratiques a conduit à la démission d'Yvan Mayeur et de la présidente du CPAS de la Ville de Bruxelles, Pascale Peraïta.