"J’ai dû partir car j’ai refusé d’envisager qu’Yvan Mayeur devienne échevin"

L'ex-échevine SP.A de la Ville de Bruxelles, Ans Persoons, a maintenu dimanche ses accusations à l'égard des autres membres de l'ancienne majorité communale: elle a dû partir car elle refusait de réfléchir à la piste d'un mandat d'échevin pour Yvan Mayeur. Selon elle, la demande ne venait pas uniquement du côté socialiste. "Le premier échevin Alain Courtois (MR) a répété la question", a-t-elle affirmé sur le plateau de l'émission "De zevende dag" (VRT). Mais pour Els Ampe (Open VLD) "cette proposition n’a pas été mise sur la table des négociations".

Le bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur (PS) et la présidente du CPAS de Bruxelles Pascale Peraïta (PS) ont été mis en cause pour s'être fait généreusement rémunérer, durant des années, lorsqu'ils étaient membre du comité de gestion pour l’un et présidente pour l’autre du Samusocial, une association d'aide aux sans-abri.

En cause la perception de jetons de présence pour des réunions dont on ne trouve pas de traces.

L’opposition avait demandé dès mardi dernier la démission de Mayeur et Peraïta, les deux partis flamands de la majorité au conseil communal le SP.A et l’Open VLD ont suivi un jour plus tard. Après s’être muré dans le silence, Yvan Mayeur a finalement annoncé sa démission jeudi.

Le soir même le collège communal s’est réuni pour décider de la suite des événements et nommer un nouveau bourgmestre. C’est ici que les versions divergent. Ce qui est certain c’est que l’échevine Ans Persoons (SP.A) a quitté les négociations.

Selon le SP.A, l’idée d’offrir un poste d’échevin à Yvan Mayeur était sur la table et c’était inacceptable. Mais les autres partis démentent cette information.

Coup de téléphone

"Quelques heures avant la réunion, j’ai reçu un coup de téléphone d’une personne qui m’a demandé d'envisager la proposition selon laquelle le bourgmestre deviendrait échevin" a expliqué Ans Persoons.

"Nous avons immédiatement refusé ce projet. Pour les socialistes flamands, Yvan Mayeur devait quitter le collège communal. Notre président John Crombez a pris contact avec Gwendolyn Rutten (la président de l’Open VLD ndlr). Elle a aussi été catégorique et a déclaré qu’il n’en était pas question. Je supposais donc que ma collègue de l’Open VLD allait me soutenir lors de cette réunion. Mais il n’en a rien été".

La réunion était encore présidée par le bourgmestre démissionnaire. Il était furieux contre Ans Persoons lui reprochant violemment que ce soit le SP.A qui ait commandé un rapport sur le Samusocial, entraînant sa chute.

"Yvan Mayeur avait reçu un appel de Laurette Onkelinx (la présidente du PS bruxellois ndlr) lui annonçant que la proposition de le faire devenir échevin était rejetée par le SP.A. Il m’a demandé de réfléchir à cette proposition sinon je n’avais qu’à m’en aller" a ajouté Persoons.

L'échevine a finalement quitté la réunion et les autres participants se sont partagés ses compétences.

"Ma collègue Els Ampe (Open VLD) n’a rien dit. C’était décevant. Nous aurions pu faire la différence si nous avions été unies. Mais cela ne s’est pas passé. Cela m’a déçu, pour elle ce qui comptait c’était de conserver son poste et de récupérer mes compétences".

Autre son de cloche de la part d’Els Ampe (Open VLD), pour elle la proposition de donner un poste d’échevin à Yvan Mayeur n’était pas sur la table. C’est clair qu’il y a eu une grosse crise entre la famille socialiste (le PS et le SP.A) mais nous n’étions pas au courant d’une telle proposition.

"Je suis resté à la table des négociations parce que cela allait plus loin que le seul cas d’Yvan Mayeur. Il était question de transparence et du rôle du futur bourgmestre. Si vous voulez changer les choses vous devez le faire de l’intérieur. Nous avions obtenu ce que nous voulions Mayeur a démissionné, pourquoi aurais-je du partir ?" a-t-elle ajouté.