"Sociétés privées et lutte contre la pauvreté ne font pas bon ménage"

Kris Peeters, qui sera tête de liste du CD&V en vue des prochaines élections communales à Anvers estime que les firmes privés ne doivent plus s’occuper de la lutte contre la pauvreté. Une déclaration faites alors que le contrat passé à Anvers avec une firme privée pour l’accueil des sans-abris n'a finalement pas été conclu.

L’affaire avait créé une polémique la semaine dernière à Anvers. L’exploitation du centre d’accueil pour les sans-abris "De Vaart", la responsabilité des équipes des sans-abris et la gestion du centre de santé pour les sans-abris ayant un problème de toxicomanie ont été confiées par le CPAS à la firme privée G4S Care-De Wooncompagnie.

Mais les partis d'opposition de gauche SP.A, Groen et PVDA ont contesté le principe d'ouvrir de tels projets à des exploitants privés, vu comme une "marchandisation des soins". Finalement le contrat n’a pas été conclu. Le président du CPAS d'Anvers, Fons Duchateau (N-VA), a demandé au partenariat formé par l'entreprise britannique G4S Care et l'entreprise sociale De Wooncompagnie de se retirer de différents projets d'aide aux sans-abri.

Kris Peeters qui mènera la liste du CD&V l’an prochain, lors des élections communales à Anvers estime à présent que les firmes privées ne conviennent pas pour intervenir dans la politique de lutte contre la pauvreté.

"Une entreprise privée cherche toujours à augmenter son bénéfice" a-t-il expliqué à la VRT. "Les organisations sociales bénéficient d’une grande expérience en la matière et sont mieux placées pour s’attaquer à cette problématique. Je pense qu’il est clair que des entreprises privées et la lutte contre la pauvreté ne font pas bon ménage".