Fouad Belkacem s’est marié en prison

Le fondateur et ancien chef de l’organisation jihadiste salafiste Sharia4Belgium (photo) s’est marié il y a quelques semaines dans la prison de Hasselt, où il purge sa peine. Son épouse est une Belge d’origine marocaine. Il avait demandé à plusieurs reprises de pouvoir se marier, mais cela lui avait été refusé. Le parquet a estimé qu’il n’y avait plus aucune raison d’interdire ce mariage.

Fouad Belkacem a été condamné en 2013 à 12 ans de prison en tant que leader d’une organisation terroriste. Il s’est marié il y a quelques semaines, à Hasselt, avec une ressortissante belge d’origine marocaine.

Par cette démarche - selon des sources proches du dossier, citées par les journaux du groupe Mediahuis - Belkacem voudrait éviter que sa nationalité belge lui soit retirée. Une éventualité qui lui vaudrait d’être immédiatement extradé et renvoyé au Maroc.

Lorsqu'il était encore emprisonné à Anvers, Belkacem n'avait pas pu accéder au mariage. L'échevine responsable de l'Etat civil à l'époque, l’actuelle Secrétaire d’Etat Zuhal Demir (N-VA), n'avait en effet pas délivré l'autorisation nécessaire.

L’échevine hasseltoise qui a célébré l’union, Brigitte Smets, affirme qu’elle a demandé l’avis du parquet. "Nous avons demandé deux mois de sursis. Mais l’enquête du parquet a révélé qu’il n’y avait plus aucune raison pour interdire le mariage". D’après le parquet, Fouad Belkacem entretient en effet une relation "à long terme" avec sa partenaire. Le couple a trois enfants.

Perte de la nationalité belge ?

Fouad Belkacem ne pouvant quitter la prison, la cérémonie a eu lieu dans l’établissement pénitentiaire de Hasselt (photo). Les parents du couple étaient présents, tous comme leur trois enfants des mariés et une sœur.

Après la partie officielle, tout le monde a eu droit à un morceau de gâteau.

Un procès est actuellement encore en cours, pour priver Belkacem de sa nationalité belge. Ce dernier possède actuellement les nationalités belge et marocaine. Depuis l’an dernier, la loi permet de retirer la nationalité belge à un terroriste possédant la double nationalité et qui n’est pas né en Belgique. Et qui a été condamné à au moins 5 ans de prison.

L’affaire est actuellement traitée par la Cour constitutionnelle, qui devrait se prononcer à l’automne. "Ce n’est pas parce que quelqu’un est marié qu’il n’est plus possible de lui retirer la nationalité belge", a précisé l’échevine Brigitte Smets.