Voiture folle à Anvers: le suspect libéré s’il paie une caution

Un individu français avait été appréhendé en mars après avoir circulé à vive allure sur le Meir à Anvers. La remise en liberté, prononcée lundi, sera effective si le suspect s'acquitte d'une caution de 5.000 euros.

Le 23 mars en matinée, des militaires avaient repéré un véhicule suspect circulant à vive allure aux alentours de l'artère commerçante du Meir, à Anvers. À différents moments, des piétons ont été mis en danger. Le conducteur a ensuite pris la fuite lorsque les militaires ont tenté de l'intercepter à un carrefour.

L'équipe d'intervention rapide de la police d'Anvers a finalement pu localiser le véhicule sur un parking le long des quais de l’Escaut et arrêter l'automobiliste. Différentes armes blanches ainsi qu'un riot gun ont été découverts dans le coffre du véhicule.

Détention d'armes prohibées

Mohamed R., domicilié en France, avait été placé sous mandat d'arrêt le lendemain pour tentative d'assassinat à caractère terroriste, tentative de coups et blessures à caractère terroriste et infractions à la législation sur les armes. Il a nié avoir eu l'intention de renverser des piétons et indiqué qu'il rendait visite à sa petite amie. Quant aux armes retrouvées dans le coffre, il a affirmé qu'il souhaitait les vendre.

L'enquête n'a pas pu démontrer le caractère terroriste de ces faits et Mohamed R. est donc poursuivi pour détention d'armes prohibées.

Lundi, la chambre du conseil ne s'est pas opposée à une remise en liberté, à condition que le suspect se tienne à disposition de l'enquête et qu'il ne se rende pas en Belgique. Il devra déposer une caution de 5.000 euros. Son avocat n'a pas précisé s'il en avait les moyens.