Le site de Ford Genk a un repreneur qui doit créer 1000 emplois

Le ministre-président flamand, Geert Bourgeois (N-VA), a annoncé qu’un investisseur privé a été trouvé pour le site de Ford à Genk. Selon nos informations, il s’agirait du groupe Machiels, actif dans le secteur de la logistique et de la gestion des déchets.

En décembre 2014, l’usine Ford à Genk a définitivement fermé ses portes, ce qui a provoqué la perte d’environ 6 000 emplois si l'on inclut les fournisseurs directs. Depuis lors, le gouvernement flamand est à la recherche d’entrepreneurs disposés à reprendre les lieux. Selon le ministre-président flamand, Geert Bourgeois, quatre candidats ont émis le souhait de s’installer sur l’ancien site Ford. Deux d’entre eux sont entrés en ligne de compte, mais le choix s’est dorénavant porté sur l’un des candidats : "Il s’agit d’un investisseur privé, ce qui est une bonne chose. Cela va créer de l’emploi", a-t-il déclaré.

Le gouvernement flamand avait déclaré auparavant que le repreneur devrait engager au moins 15 personnes par hectare. Dans ce cas-ci, cette limite est largement dépassée avec environ 25 personnes par hectare, ce qui représente environ 1000 emplois.

Le ministre-président n’a pas voulu annoncé le nom de l’entreprise car l’offre doit encore être discutée au sein du gouvernement. Une réponse définitive tombera normalement avant l’été. "Si ça fonctionne en une période aussi courte, ce serait fantastique", a-t-il précisé.

Taux de chômage au Limbourg

Au niveau de l’emploi, la province du Limbourg a longtemps souffert de la fermeture des mines. On y comptait les taux de chômage les plus élevés en Flandre. Ce temps est désormais révolu : le taux de chômage est maintenant de 6,7 %, le taux moyen en Flandre. Geert Bourgeois a expliqué : "Nous avons commencé avec un retard de 1,1 % après la fermeture de Ford Genk, mais nous avons rattrapé ce retard grâce à la bonne situation économique et une compétitivité des entreprises."