La sécheresse a déjà coûté 187 millions d’euros aux agriculteurs

La sécheresse de ces dernières semaines va coûter au secteur agricole flamand au moins 187 millions d’euros. Selon l’expert agricole Luc Busschaert c’est surtout l’élevage qui est touché. "Si l’on ne comptabilise que les pâturages sur lesquels le bétail doit paître, alors on est déjà à 64 millions de perte pour les éleveurs". L'information est donnée ce lundi par le quotidien Het Beland van Limburg.

Au lieu de laisser leur troupeau paître dans les champs les agriculteurs sont obligés de nourrir leurs bêtes avec du foin prévu pour l’hiver ou alors d’acheter de la nourriture.

Mais les agriculteurs, comme ceux qui cultivent le maïs ou la pomme de terre, sont aussi touchés. Les revenus du maïs seront de loin inférieurs à la normale. Il faut compter sur une perte de 50 millions rien que pour le maïs comme nourriture pour le bétail.

Quant aux céréales, on parle déjà d’une perte de 29 millions d’euros, enfin en ce qui concerne les pommes de terre, on estime que les cultivateurs devront compter sur une perte de 14,5 millions d’euros.

La ministre flamande de l’agriculture Joke Schauvliege (CD&V) attend le rapport de l’IRM qui devra être publié à la fin du mois afin de déterminer si les agriculteurs seront dédommagés. "Il faut pour cela que la sécheresse soit considérée comme une catastrophe naturelle", explique la porte-parole de la ministre. "L’IRM va déterminer commune par commune si la situation est exceptionnelle ou non".

Exceptionnelle signifie qu’elle n’est pas survenue depuis 20 ans et dont les dégâts sont estimés à au moins 1,25 million d’euros. Si c’est le cas alors la ministre pourra présenter la reconnaissance de la sécheresse comme catastrophe naturelle au gouvernement flamand.