Tentative d'attentat à la gare de Bruxelles-Central

L'individu qui a provoqué une petite explosion mardi soir, vers 20h45, dans la gare de Bruxelles-Central avant d'être neutralisé par des militaires, est décédé. L’information a été donnée dans la nuit de mardi à mercredi par le parquet fédéral. Selon ce dernier, les faits peuvent être considérés comme un acte terroriste. De source judiciaire, l'homme portait une ceinture explosive ou un objet qui y ressemblait fortement.

Une petite explosion a eu lieu mardi vers 20h45 au sein de la gare de Bruxelles-Central. L'auteur présumé de l'explosion a été neutralisé par des militaires qui se trouvaient sur place.

A la suite de l'explosion, un mouvement de panique a éclaté dans la gare Centrale et sur les voies. La gare a ensuite été évacuée.

Selon un agent des chemins de fer, le suspect tenait des propos en rapport avec le djihad et aurait crié "Allah Akbar" au moment de l'explosion. L'individu, qui portait une chemise blanche et un pantalon noir, serait âgé entre 30 et 35 ans.

Il a fait exploser une valise à l'entresol de la gare avant de descendre vers les quais. Il s'est ensuite rendu dans un petit bureau destiné aux employés des chemins de fer avant d'en ressortir, selon ce témoin, Nicolas Van Herreweghen.

Le trafic ferroviaire a été interrompu à Bruxelles-Central, a précisé un porte-parole d'Infrabel, Arnaud Reymann. La gare du Nord a aussi été fermée. Par contre, la gare du Midi est restée accessible.

De son côté, la STIB a dans un premier temps interrompu la circulation des lignes 1 et 5 du métro, d'une part à hauteur de la station Parc et d'autre part à hauteur de la station De Brouckère.

Rapidement, la circulation des rames de métro a été à nouveau autorisée dans la station gare Centrale, mais sans y marquer l'arrêt.
L'ensemble des lignes de bus passant par la gare de Bruxelles-Central a été dévié autour du périmètre de sécurité.

Le Premier ministre Charles Michel convoque le Conseil National de Sécurité

Le Premier ministre Charles MIchel a remercié au nom du gouvernement les services de sécurité qui sont actuellement mobilisés dans le cadre de l’acte terroriste qui a eu lieu à la gare Centrale de Bruxelles.

Il a aussi convoqué mercredi à 09h00 le Conseil national de Sécurité au 16 rue de la Loi.

Le Premier ministre ainsi que le ministre de l’Intérieur Jan Jambon et le ministre de la Justice Koen Geens ont été dès le début des faits en contact permanent avec le Centre de crise.

Le Premier ministre a aussi tenu à remercier les militaires et le personnel de la SNCB qui étaient présents lors de l’acte terroriste. "Ils ont réagi de manière professionnelle et courageuse à cette situation", a souligné Charles Michel.