"Nous ne nous laissons pas intimider par les terroristes"

Le Centre de crise a pris des mesures complémentaires pour les heures et jours à venir à la suite de l'acte terroriste isolé perpétré à Bruxelles-Central mardi soir. Le Premier ministre Charles Michel (MR) n'a pas souhaité préciser la teneur de ces mesures mais a confirmé que les contrôles seraient plus intenses. "La présence des policiers sur le terrain sera renforcé", a aussi assuré le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA).

Charles Michel a par ailleurs souligné que l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Ocam) avait confirmé le maintien de l'évaluation de la menace au niveau 3, soit une menace "possible et vraisemblable comme c'est déjà le cas depuis un certain nombre de mois".

"Cela signifie qu'il n'y a pas d'indication d'un attentat qui pourrait être imminent", a-t-il ajouté.

Les mesures complémentaires de sécurité concernent certains endroits et évènements publics.

"En trois ans, nous avons été confrontés à plusieurs attentats et tentatives d'attentat. Nous avons appris que le risque zéro n'existe pas, même si c'est notre objectif. (...) Une fois encore, la conviction que je veux exprimer, c'est que nous ne nous laissons pas intimider par les terroristes. Nous allons continuer à vivre le plus normalement possible même si nous devons rester vigilants", a souligné Charles Michel.