"Oussama n’était pas membre du groupe terroriste EI", déclare son père

La famille de l’homme de 36 ans (photo) qui est soupçonné avoir tenté de commettre un attentat mardi soir à la gare centrale de Bruxelles réagit avec incrédulité à la nouvelle. Dans une interview téléphonique accordée ce jeudi depuis le Maroc au journaliste Majd Khalifeh (VRT), le père d’Oussama Zariouh déclare que son fils "ne s’intéressait pas à l’Etat islamique et n’en était certainement pas membre".

Oussama Zariouh résidait dans la commune bruxelloise de Molenbeek, mais ses parents et sa sœur habitent dans la ville marocaine côtière de Nador. Lorsque la police les a mis au courant des faits et du décès de leur fils et frère, abattu mardi soir par un militaire à la gare centrale où il venait apparemment de faire exploser une valise, ses proches se sont montrés abasourdis.

"Nous avons vu sa photo circuler sur les médias sociaux, accompagnée d’informations erronées qui ne correspondent pas à la réalité", réagissent les parents du jeune Marocain. D’après son père, Oussama Zariouh n’était absolument pas radicalisé.

"Il ne s’intéressait pas à l’Etat islamique et il n’était certainement pas membre de cette organisation. Il était un musulman modéré. Un garçon normal qui écoutait de la musique et sortait. Il priait parfois, mais souvent il ne le faisait pas. Il était loin d’être un extrémiste".

La famille affirme n’avoir remarqué aucun changement dans son comportement ces derniers temps. Ils ont parlé au téléphone à Oussama au mois de juin et "il parlait normalement, comme toujours", souligne sa sœur.

"Nous voulons des preuves qu’il est le coupable"

La famille d’Oussama Zariouh a peine à croire qu’il ait pu tenter de commettre un attentat. Il avait en effet des projets. "Il devait rentrer au Maroc cet été, pour se marier. Il voulait aussi changer de travail et devenir chauffeur de taxi", affirme son père.

"Nous voulons des preuves qui montrent qu’il est le responsable", indique sa sœur. La famille va faire appel à un avocat en Belgique, pour suivre l’affaire. "Je ne peux absolument pas croire que mon frère ait voulu se suicider, ou qu’il ait tenté de tuer quelqu’un d’autre. Il était un homme sensible".

Des images de caméras de surveillance ont entretemps révélé qu’Oussama Zariouh s’est rendu seul à la gare centrale de Bruxelles (photo), mardi. Il a pris un taxi jusqu’à la station de métro Veeweide, à Anderlecht, avant de se rendre en métro jusqu’à la gare centrale.