Un nombre croissant d’étudiants émargent au CPAS

Entre 2002 et 2016, le nombre d’étudiants belges qui touchent le revenu d’intégration sociale d’un Centre public d’aide sociale (CPAS) s’est multiplié par plus de 7, passant ainsi de 3.654 à 27.133 cas. C’est ce qu’indiquent les chiffres du cabinet du ministre de l’Intégration sociale, Willy Borsus. Evolution inégale entre les Régions.
Nicolas Maeterlinck

En 2002, le nombre d'étudiants touchant le revenu d'intégration sociale (RIS) était respectivement de 615, 847 et 2.192 à Bruxelles, en Flandre et en Wallonie. Quatre ans plus tard, ils étaient 8.263 étudiants à vivre grâce à l'aide d'un CPAS à Bruxelles, pour 5.400 en Flandre et 13.470 au Sud du pays.

"C'est interpellant", concède le ministre Willy Borsus (photo). "C'est pour cette raison que j'ai demandé à mes services d'investiguer les causes afin de prendre les mesures adéquates pour réduire ce nombre. C'est dans ce contexte que je souhaite mettre en place un Plan individuel d’intégration sociale étudiant réellement orienté vers l'emploi. Je donnerai encore des consignes aux CPAS cet été pour aller dans ce sens", a assuré le ministre compétent.

Les chiffres du RIS étudiant témoignent d'une augmentation très inégale de la paupérisation entre les trois Régions du pays. Le décrochage des francophones par rapport à la Flandre s'accentue.