Le garçon de 9 ans disparu depuis vendredi dernier a été retrouvé

Le garçon de neuf ans qui avait disparu vendredi dernier de l'Office des Etrangers, où la police l'avait conduit après l'avoir intercepté le jour-même, a été retrouvé dans la nuit de dimanche à lundi sur le boulevard Anspach, dans le centre de Bruxelles. Selon l'Office des Etrangers, le petit garçon "a échappé à la surveillance du personnel".

D'origine marocaine et ne parlant que l'arabe, l'enfant avait été amené vendredi matin par la police à l'Office des Etrangers, comme le veut la procédure en cas d'interception d'un mineur étranger non accompagné (mena) en séjour illégal. Il n'avait pas encore introduit de demande d'asile.

Avant de disparaître, il se trouvait dans un local de l'Office des Etrangers réservé aux mena. "Pour une raison inconnue, il a échappé à la surveillance du personnel de l'Office et est parvenu à s'enfuir en début d'après-midi. Sa disparition n'a pas été remarquée tout de suite et a donc été signalée ultérieurement à la police", explique Dominique Ernould, porte-parole de l'Office des Etrangers.

Une réunion se tiendra ce lundi à l'Office des Etrangers afin de faire toute la lumière sur ce qui s'est passé.

Child Focus avait regretté, vendredi, l'annonce tardive de la disparition du petit garçon par l'Office des Etrangers. Pour la Fondation, chaque heure compte. "Les mena sont des enfants particulièrement vulnérables. Certains sont traumatisés. Souvent, ils ne connaissent pas la langue. Il y a aussi un risque qu'ils tombent entre les mains de trafiquants d'êtres humains", selon la porte-parole, Maryse Rolland.

Le petit garçon de 9 ans sera à nouveau transféré ce lundi matin à l'Office des Etrangers. "Il sera confié aux services des tutelles puis placé dans un centre pour mena. Nous étudierons ensuite s'il a de la famille en Belgique, au Maroc ou dans un pays de l'UE avant de prendre la décision la plus adaptée pour sa protection", ajoute Mme Ernould.

Theo Francken veut mettre sur pied une Task Force disparitions

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Theo Francken (N-VA) souhaite créer une Task Force disparitions. Il espère ainsi éviter à l'avenir des cas similaires.

Theo Francken a rencontré lundi l'Office des étrangers et l'agence pour l'accueil des migrants Fedasil. "Une faute est survenue au sein de l'administration. Il est important que dans le cas d'une disparition d'un enfant enregistré le jour même à l'Office, il soit signalé et activement recherché", a commenté le secrétaire d'Etat à l'issue de cette réunion.

La manière de procéder actuelle ne peut plus durer, a clairement averti M. Francken. "Il existe un protocole pour ce faire, qui aurait pu parfaitement fonctionner, mais celui-ci peut être affiné et plus précisément défini."

C'est dans cet objectif que M. Francken entend mettre sur pied une Task Force disparitions. "Elle doit se réunir dans les prochaines semaines et les prochains mois et rassembler tous les services compétents, parmi lesquels Child Focus, la police ou encore le parquet."

Le secrétaire d'Etat souligne que le risque de nouvelles fuites de mineurs étrangers non accompagnés subsiste. "Nous ne pouvons pas empêcher cela. Ces enfants sont libres de se déplacer et de demeurer où ils le souhaitent et nous ne pouvons pas les enfermer. La plupart d'entre eux ne veulent pas être enregistrés et veulent se rendre en Grande-Bretagne."

Selon Theo Francken, les parents du garçons de 9 ans sont actuellement au Maroc, mais l'enfant souhaite voyager seul jusqu'en Suède, où réside son oncle. Le frère du garçon serait actuellement en Belgique et est activement recherché.