"Pax Antartica" entre Alain Hubert et Zuhal Demir

Au terme de trois mois de négociations intenses, la Secrétaire d’Etat à la Politique scientifique Zuhal Demir (N-VA) et la Fondation polaire internationale de l’explorateur bruxellois Alain Hubert (photo) sont parvenus à conclure un accord sur la gestion de la station Princess Elisabeth en Antarctique. L’Etat belge reprend ainsi à 100% la station polaire, pour 4,5 millions d’euros. Ceci met fin à deux ans de dispute juridique entre l’Etat et le président de la Fondation polaire.

La gestion opérationnelle de la station Princess Elisabeth (photo) sera confiée pour au moins cinq ans (plus une option de trois ans) à la Fondation polaire internationale (IPF), que préside l'explorateur Alain Hubert, a indiqué la Secrétaire d’Etat Zuhal Demir ce vendredi lors d'une conférence de presse à Bruxelles. Elle concluait trois mois de négociations avec la Fondation, dont le but est de favoriser la recherche en Antarctique.

En contrepartie de la donation d'un centième de la copropriété dont disposait l'IPF, cette dernière en deviendra l'opérateur en vertu d'une concession de six ans, responsable de la gestion des coûts, a précisé Alain Hubert.

Cette décision, qualifiée de "Pax Antarctica", met fin à un long conflit juridique émaillé de 35 procédures entre les autorités fédérales et Alain Hubert. Les procédures, qui ont coûté au total 700.000 euros, sont suspendues.

L'explorateur bruxellois de 63 ans est l'un des concepteurs de cette station "zéro émission", la première de ce type jamais construite sur le Continent blanc. Elle avait été inaugurée en 2009.

INTERNATIONAL POLAR FOUNDATION/PHOTO R. ROBERT