Les premières Volvo sont arrivées de Chine en train à Zeebrugge

Chaque semaine, le constructeur suédois enverra des centaines de voitures produites dans son usine chinoise de Daqing, en train, vers le port de Flandre occidentale. Le premier train (photo) a été accueilli en grandes pompes ce vendredi à Zeebrugge. Les voitures de Volvo seront ensuite distribuées dans l’Europe. C’est une nouvelle "Route de la soie", importante avant tout du point de vue symbolique.

"Dans un premier temps, on compte sur trois trains d'environ 120 voitures chacun, par semaine", précisait il y a quelques mois Joachim Coens, patron du port west-flandrien. Ces nouvelles voitures, du modèle S90, seront transportées par containers.

Le port de Zeebrugge (photo) était à la recherche de chargement à entreposer dans les trains pour leur voyage retour vers la Chine. Il s’agira de plus petits modèles de Volvo, qui ont été fabriqués à Gand, ou d’autres marchandises.

Le voyage en train dure une vingtaine de jours, voire un peu plus pour les premiers d'entre eux. Les véhicules seront ensuite dispatchés dans toute la Belgique depuis Zeebrugge. Le ministre de l’Economie Kris Peeters était en Chine en mars dernier, à l'occasion du sommet sur la "Route de la Soie" qui ambitionnait de cimenter les relations commerciales de Pékin avec l'Eurasie et l'Afrique.

Le ministre belge estime que l’arrivée de voitures Volvo produites en Chine ne constitue pas une concurrence pour l’usine Volvo de Gand (Flandre orientale). "C’est une crainte légitime, dont nous avons parlé tant avec Volvo qu’avec l’usine Volvo en Chine. Nous voulons être certains que les voitures acheminées par train ne seront pas des modèles qui sont aussi produits à Gand, ou qui ne seront plus fabriqués à Gand à l’avenir. Des accords clairs ont été passés à ce sujet", précisait Peeters (photo).