L’un des fugitifs belges les plus recherchés arrêté à Rotterdam

Le parquet du Brabant wallon a annoncé mardi à l'agence Belga son intention de lancer un mandat d'arrêt européen en vue de l'extradition vers la Belgique du fugitif marocain Mustapha Lahnachi, interpellé lundi à Rotterdam par la police néerlandaise au terme de huit années de cavale.
BELGA

Le Marocain Mustapha Lahnachi (38 ans), un des criminels les plus recherchés par la police belge, a été appréhendé lundi à Rotterdam, aux Pays-Bas. Il figurait jusqu'alors parmi les 25 fugitifs du site internet "Belgium's most wanted" de la Fugitive Active Search Team (FAST) de la police fédérale.

Le dimanche 15 mars 2009, il s'était évadé en compagnie de deux autres détenus de la prison d'Ittre où il purgeait une lourde peine après avoir été condamné pour le viol d'une jeune femme dans le centre de Mons. La victime s'était retrouvée dans le coma à l'issue du viol, rappelle mardi la police fédérale dans un communiqué. Lors de leur évasion, les trois hommes avaient pris entre autres en otage un gardien à l'aide d'une arme blanche. Celui-ci avait été blessé et libéré à proximité de l'établissement pénitentiaire.

Pour les violences commises lors de cette prise d'otage et alors qu'il s'était évaporé dans la nature, Mustapha Lahnachi avait été condamné par défaut, le 15 octobre de cette même année par le tribunal correctionnel de Nivelles, à six années de prison supplémentaires.

Après l'évasion, une large battue avait rapidement permis d'appréhender Hassan Zaïd, un des trois évadés, dans un bois de Braine-le-Château proche de la prison. Le second détenu recherché, Ahmed El Yaagoubi, avait été repris à Metz (France), en 2010, après plusieurs mois de cavale. Ce dernier y vivait également sous un faux nom. Il avait commis des délits sur le territoire français.

Il vivait aux Pays-Bas sous une fausse identité

Mustapha Lahnachi vivait quant à lui aux Pays-Bas sous une fausse identité. Il a été confondu par son ADN prélevé dans le cadre d'un autre dossier judiciaire ouvert par les autorités néerlandaises, selon l'agence néerlandaise ANP. Mais la police fédérale belge précise mardi, dans son communiqué, que c'est un "précieux indice" qui est à l'origine de son arrestation.

"La semaine dernière, une information est parvenue au FAST et a permis de relier Lahnachi à un centre de sans-abris de Rotterdam. Le FAST des Pays-Bas en a été avisé et a interpellé le fugitif lundi matin vers 08h15 dans le centre de Rotterdam. Durant tout le temps de sa cavale, Lahnachi a vécu sous un faux nom, ce qui lui a permis de rester sous le radar", explique la police fédérale.

Comme le veut la procédure, le parquet du Brabant wallon a lancé mardi un mandat d'arrêt européen à son encontre. "Mais il est vraisemblable que la justice néerlandaise le poursuive d'abord pour les faits commis aux Pays-Bas, avant de procéder à son extradition vers notre pays", conclut le procureur du Roi brabançon.