Aucun Belge ne veut travailler jusqu’à 67 ans

Une étude menée par Securex révèle que les Belges ne veulent pas travailler jusqu’à 67 ans. Les personnes qui aiment leur métier sont prêtes à travailler jusqu’à 60 ans. Pour les autres, ils veulent arrêter à 56 ans.
Reporters

Quelle est la clé pour travailler plus longtemps ? La motivation ! C’est ce qu’il ressort d’une étude du spécialiste des ressources humaines Securex menée auprès de 1671 travailleurs belges. Les personnes qui trouvent leur métier chouette et intéressant sont prêtes à travailler 4 ans de plus que les autres. Ces employés "motivés de manière autonome" envisagent de travailler jusqu’à 60 ans, contre 56 ans pour les autres.

Les personnes qui ne sont pas "motivées de manière autonome" enregistrent quant à elles un taux plus élevé d'absentéisme : 22 % d’entre elles était sont absentes 21 jours ou plus, contre 10 % chez leurs collègues motivés. Ce qui inquiète Securex, c’est que le Belge actif travaille de moins en moins "parce qu’il le veut" et de plus en plus "parce qu’il le doit".

Risque de burn-out ou de maladie

Certains pourraient jouer la carte de la fatalité : si le gouvernement a décidé que l’on devait travailler jusqu’à 67 ans, il en est ainsi. Ça ne fonctionne cependant pas de cette manière selon Hermina Van Coillie de Securex : "L’obligation suscite toujours l’opposition. Si l’on doit tout simplement travailler plus longtemps, on ne va pas y arriver. Les gens vont se déclarer malades ou vont souffrir d'un burn-out. On le voit déjà. La seule chose qui fonctionne, c’est motiver les employés."

Anja Van den Broeck, professeur en Management et Psychologie de la motivation à la Faculté Économie et Sciences de l’entreprise à la KU Leuven, partage cet avis : "Ces résultats sont forts. Ils représentent un tournant dans le débat : du devoir au vouloir. Au lieu de menacer par toutes sortes de mesures, ils nous invitent à réfléchir à la question "Comment pouvons-nous encourager les employés à "vouloir" travailler plus longtemps ?""

La motivation en 3 étapes

L’envie de travailler est donc essentielle. Dans ce contexte, Securex met en avant 3 points pour motiver les employés. Selon l'agence, chaque mesure qui augmente le sentiment d’autonomie, qui crée un sentiment d’adhésion au travail, à l’organisation et aux collègues, ou qui fait appel aux compétences de chacun, veillera à ce que les employés veuillent et puissent travailler plus longtemps.