Le gouvernement fédéral discute emploi et budget ce week-end

Les ministres du gouvernement fédéral se réunissent ce week-end à Bruxelles à l'occasion de plusieurs sessions de travail, a indiqué samedi un porte-parole du Premier ministre Charles Michel. Le gouvernement analysera l'amplification des réformes afin de créer de nouveaux emplois et étudiera le cadre budgétaire.

Le comité de monitoring, qui réunit les hauts fonctionnaires du budget, des finances et de la sécurité sociale, a transmis ses premières conclusions au gouvernement. Selon ses estimations, il faudra trouver 83 millions d'euros pour 2017 et 4,3 milliards pour 2018 afin de respecter la trajectoire budgétaire.
L'effort budgétaire à fournir s'accroît ensuite substantiellement pour atteindre 7,7 milliards pour le budget 2019, année à laquelle la Belgique doit en principe renouer avec l'équilibre budgétaire, et à 8,2 milliards pour 2020, d'après les prévisions.

"Les chiffres du Comité de monitoring confirment la trajectoire pour 2017. Ils confirment aussi que des efforts doivent encore être consentis en 2018 et 2019, tout en sachant que la situation peut évoluer, notamment en fonction de la croissance réelle. Nous avons parcouru beaucoup de chemin, le déficit s'est réduit malgré les difficultés de l'année 2016. La relance de l'activité économique est soutenue par des réformes ambitieuses. Nous devons poursuivre l'assainissement sans mettre à mal la reprise économique ni freiner les investissements et nombreuses créations d'emplois observés dans le pays. C'est dans cette optique responsable que le gouvernement entamera ses travaux pour déterminer l'effort à réaliser", a déclaré la ministre du Budget Sophie Wilmès (MR), dans un communiqué.

D’importants efforts en 2018 et 2019

"Nous devrons encore réaliser d'importants efforts en 2018 et 2019", a reconnu de son côté le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt.

A l'instar de sa collègue du Budget, le ministre N-VA voit dans le rapport la confirmation des efforts entrepris et égratigne au passage le gouvernement précédent. "Nous réduisons le déficit structurel hérité du gouvernement Di Rupo de 3% à environ 1%".

Pour réaliser ces efforts, M. Van Overtveldt n'entend pas toucher au tax shift, c'est-à-dire la réforme fiscale entreprise par le gouvernement, mais préfère chercher du côté de la sécurité sociale. "Le tax shift a mis le moteur en marche. On ne peut donc pas y toucher. Nous devons voir comment garder sous contrôle ce qui pousse aux dépenses en sécurité sociale".

Le rapport du comité passe en revue les niveaux de dépenses et les recettes de l'Etat, tant à l'échelon fédéral que dans la sécurité sociale et les entités fédérées.

Pour cette année, le comité de monitoring revoit à la hausse ses prévisions de recettes fiscales d'un montant de 491 millions d'euros par rapport à ce qui été prévu lors du dernier contrôle budgétaire. Elles atteindraient 115,6 milliards d'euros.

Le gouvernement s'est réuni une première fois samedi, vers 11 heures, en comité restreint. Une deuxième réunion devrait avoir lieu dimanche vers 17 heures.