Des squatteurs quittent deux maisons à Gand

Les familles de Roms qui squattaient deux maisons à Gand, ont quitté les lieux le week-end dernier. Une information confirmée à VRT Nieuws. Selon le propriétaire, il reste encore de nombreux affaires à jeter.

Il y a environ deux semaines, une quinzaine de Roms ont squatté deux maisons mitoyennes dans la rue Provenierstraat, dans le centre de Gand. Le propriétaire avait averti la police, mais elle ne pouvait rien faire. Une loi qui doit interdire le squat doit encore être envoyée au Parlement fédéral.

Les agents de quartier et les services sociaux de la ville de Gand ont assuré la médiation et les Roms ont accepté de quitter les lieux dans les deux semaines. Une procédure a été lancée auprès du juge de paix, mais les squatteurs ont abandonné les bâtiments le week-end dernier.

"Les Roms ont déclaré qu’ils étaient très ennuyés par l’incessante attention médiatique, l’attitude hostile des voisins et ma pression constante", a réagi le propriétaire Alexander De Cuyper. "Pour moi, le problème est ainsi réglé, mais j’espère que l’on va trouver rapidement une solution pour les autres personnes concernées."

Selon le propriétaire, il faut encore ranger beaucoup de choses : "Ils m’avaient assuré qu’ils allaient laisser le bâtiment propre. Je les ai vus nettoyer, mais nous avons rempli une dizaine de sacs poubelle avec du bric-à-brac. J’espère que les services de nettoyage viendront rapidement les chercher."

Où en est la loi ?

Le dossier sur le squat est arrivé en mars sur la table du gouvernement fédéral. Quelques Roms avaient alors squatté une maison alors que les propriétaires étaient en vacances. À l’époque aussi, les policiers ne pouvaient rien faire étant donné que ce n’est pas illégal de squatter. La loi est susceptible de changer encore, mais elle n’est pas encore arrivée au Parlement fédéral.