Geert Bourgeois réitère son souhait d'une 7ème réforme de l'Etat

Le ministre-président flamand, Geert Bourgeois (N-VA), a réitéré lundi son souhait d'une septième réforme de l'Etat qui confierait davantage de compétences, notamment fiscales, aux entités fédérées, au nom de leur "responsabilisation".

"Pour être dans le top 5 de l'Europe, il nous faut plus de compétences, de vrais leviers sur le plan fiscal, (du) marché du travail, (des) soins de santé, des compétences homogènes", a-t-il affirmé à la veille de la Fête nationale flamande, alors qu'il prononcera son "discours du 11 juillet" lundi soir à Courtrai.

"Pour atteindre le plein emploi en 2025, il faut avoir beaucoup plus de compétences", a ajouté le ministre-président flamand, qui était l'invité de l'émission Matin Première de la RTBF.

"Il y a des résolutions du parlement flamand de 1999 qui demandent" de telles compétences, a-t-il dit pour appuyer son raisonnement, en rappelant que son parti était favorable au confédéralisme.

"On décide ce que l'on fait ensemble (francophones et flamands, ndlr) et ce sera beaucoup mieux", a poursuivi Geert Bourgeois.

Selon le ministre-président nationaliste, "il y a vraiment deux démocraties en Belgique". Il a ainsi chiffré à 70% l'électorat "de gauche et d'extrême gauche en Wallonie" - du fait de la poussée du PTB dans les sondages - alors qu'en Flandre, "c'est l'inverse, avec moins de 30%".