L’avocat de Dutroux envisage sa sortie de prison

Bruno Dayez, le nouvel avocat de Marc Dutroux, étudie sur un plan pour faire sortir son client de prison. L'avocat bruxellois s'est fixé comme date butoir 2021. L’avocat s’est confié à plusieurs quotidiens ainsi qu’à la VRT. En attendant il veut améliorer les conditions de détention de Marc Dutroux.

Depuis quelques mois, Bruno Dayez est le nouvel avocat de Marc Dutroux qui est en détention depuis 1996. Il a été condamné le 22 juin 2004 par la cour d'assises d'Arlon à la réclusion à perpétuité avec mise à disposition du gouvernement pendant 10 ans.

Dutroux a notamment été reconnu coupable de l'enlèvement, la séquestration et le viol de Julie et Mélissa, An Marchal, Eefje Lambrecks, Sabine Dardenne et Laëtitia Delhez ainsi que de l'assassinat des quatre premières et de Bernard Weinstein.

Il y a très peu de chance pour que Marc Dutroux retrouve un jour la liberté mais son avocat n’est pas d’accord. "Je pense qu’il y a une chance réelle de libération anticipée. L'avocat s'est fixé comme date butoir 2021. Son client aura alors purgé 25 ans de prison.
Pour Bruno Dayez , c’est une question de principe, selon lui "une perpétuité réelle est un non-sens. Une punition n’a pas de sens si elle n’a pas de fin. On ne peut pas retirer quelqu’un de la société jusqu’à sa mort même pas Marc Dutroux".

"Après 25 ans de prison il faudrait pouvoir le faire consulter par des psychiatres : ou alors il est devenu quelqu’un de meilleur et alors il mérite d’avoir une deuxième chance. Ou bien il n’a pas changé, ce qui signifierait que notre système carcéral ne fonctionne pas. Nous devrions alors le revoir entièrement".

Hébergé dans une communauté religieuse

"J'ai commencé des contacts. La piste de la communauté religieuse est la plus sérieuse. C'est une éventualité. Il faut en tout cas mettre Marc Dutroux à l'abri de représailles. Prévoir une sorte de confinement, mais hors de la prison. L'assignement à résidence avec le bracelet électronique est une possibilité", souligne Bruno Dayez.

En attendant l’avocat voudrait que les conditions de détention de son client à la prsion de Nivelles s‘améliorent. "Marc Dutroux doit avoir les mêmes droits que les autres détenus. Cela signifie que son courrier ne devrait pas être ouvert, qu’il pourrait avoir plus de visites et qu’il pourrait avoir aussi plus de contacts avec les autres détenus. Actuellement il est en isolement total. On dit que c’est pour sa propre sécurité. Si c’est exact cela reflète encore une fois la faillite de notre système carcéral : n’y a-t-il vraiment aucune autre possibilité de protéger quelqu’un qu’en l’isolant des autres ?" se demande l'avocat.
 

"Une chance très mince de voir Dutroux libéré"

Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) estime que la chance de voir Marc Dutroux libéré est très mince. "Je sais qu’il y a dans notre pays certaines personnes qui auront beaucoup plus de difficultés que d’autres à obtenir une remise en liberté conditionnelle et je suppose que Marc Dutroux en fait partie. La question est de savoir si le sentiment de justice des gens pourrait accepter une telle libération ? Et je pense que la réponse à cette question est non".