Le secteur Horeca affiche 22.000 nouveaux emplois officiels

Si l’on en croit les chiffres de l’Office national de sécurité sociale (ONSS), cités ce dimanche par le quotidien Het Nieuwsblad, l’introduction des caisses intelligentes (photo) dans l’hôtellerie, la restauration et les cafés aurait contribué à créer jusqu’à 22.000 nouveaux emplois officiels. L’organisation Horeca Vlaanderen estime cependant qu’il s’agit en majorité de flexi-jobs et d’activités qui étaient effectuées au noir auparavant et qui ont été régularisées. Le ministre de l'Emploi Kris Peeters indique que seuls 1.357 nouveaux emplois ont effectivement été créés.

L'Office national de sécurité sociale (ONSS) attribue au troisième trimestre 2016 près de 21.988 jobs de plus au secteur Horeca qu'un an auparavant. Le nombre total d'emplois officiels dans le secteur est ainsi passé de 235.860 au 3e trimestre de 2015 à 257.848 un an plus tard.Les montants consacrés aux salaires sont aussi de 45,9 millions d'euros plus élevés.

Tous les établissements actifs dans le secteur de l’hôtellerie, de la restauration et les cafés sont tenus depuis le 1er janvier 2016 de disposer d'une caisse intelligente enregistrant scrupuleusement leurs rentrées. L'idée est de rendre le secteur plus transparent.

Selon le directeur d'Horeca Vlaanderen, Danny Van Assche, les caisses intelligentes remplissent effectivement leur rôle, mais "cela ne signifie cependant pas que tous ces nouveaux emplois sont vraiment neufs: il s'agit souvent d'activités qui s'effectuaient précédemment au noir" et qui ont entretemps été régularisées. 

Jobs étudiants aussi en progression

En outre, il ne s'agit la plupart du temps pas de jobs à temps plein. C'est surtout le nombre de flexi-jobs qui progresse: au troisième trimestre 2016, on en comptabilisait 18.276. Le nombre de jobs étudiants est aussi en progression de près de 10.000 unités.

"Ce sont souvent des emplois au noir qui sont régularisés. Cela ne signifie donc pas que cela va beaucoup mieux dans l'Horeca et que les affaires sont florissantes", avertit Danny Van Assche. Le secteur plaide depuis longtemps pour une diminution supplémentaire des charges salariales.

Le ministre de l'Emploi et de l'Economie Kris Peeters (CD&V) souhaite d'abord avoir l'avis des partenaires sociaux. Le vice-Premier ministre rappelle aussi que le taxshift prévoit déjà une baisse générale de 25% des charges.

Interrogé par la rédaction de la VRT, le ministre Peeters confirme cependant que "l'on doit faire attention avec les chiffres et les expliquer, car le nombre de nouveaux emplois qui ont effectivement été créés est moins élevé. Il s'agit de 1.357 nouveaux emplois. Mais c'est cela qui importe en définitive: créer de nouveaux emplois".