Evasion à Anvers : De Wever et Geens se renvoient la balle

A la suite de l’évasion, jeudi, de deux détenus à la Cour d’appel d’Anvers (photo), le bourgmestre de la métropole Bart De Wever (N-VA) reproche au ministre de la Justice de n’avoir toujours pas investi dans les palais de justice anversois et le transfert de détenus, ainsi que dans le corps de sécurité. "Anvers ne reçoit presque rien de la Justice", se plaint De Wever. Koen Geens (CD&V) répond que la mise en place d’un corps de sécurité relève de la responsabilité de la police locale. "Ce n’est pas correct de mettre l’évasion sur le dos de la justice", estimait dimanche le ministre au micro de la VRT.

"Nous avons déjà reçu tant de promesses, mais jusqu'ici je n'ai observé que de la régression" sur ce plan, a commenté le bourgmestre d'Anvers, interrogé dimanche par la chaine de télévision régionale ATV. Bart De Wever (photo archives) s'est dit fortement agacé depuis des années par le peu d'investissements consentis par le ministre de la Justice dans le Corps de sécurité anversois.

Selon le président de la N-VA et bourgmestre de la métropole, quelque 77 personnes ont été consenties pour le cadre anversois en 2006, par Laurette Onkelinx, qui était à l’époque ministre de la Justice. Mais ce cadre n'a jamais été rempli. "On n'est jamais arrivé plus loin que 36 personnes, et en comptant bien il y en avait quatre la semaine passée. Lorsque j'entends le ministre de la Justice dire que la police locale doit également faire quelque chose, cela va trop loin: nous faisons en fait déjà tout", a ajouté le bourgmestre.

D'après Bart De Wever, la police anversoise consacre actuellement en permanence 41 agents pour du travail qui doit être effectué par la Justice. Il déclare ne recevoir que des promesses du ministre. L’évasion de deux détenus, jeudi, à la Cour d’appel d’Anvers, est la goutte qui a fait déborder le vase.

"Un malentendu de la part de monsieur De Wever"

"Cette question relève de la responsabilité de la police. Il y a un malentendu de la part de monsieur De Wever. Depuis 2003, le Corps de sécurité des agents du département de la Justice soutient la police dans l'exécution de ces tâches. Ce Corps n'est pas armé. Il appartient à la police d'évaluer si un transport de détenus est suffisamment sécurisé", a répliqué le ministre de la justice Koen Geens (photo archives) dimanche au micro de la VRT.

D'après le ministre démocrate-chrétien, la collaboration entre la police anversoise et le Corps de sécurité de la Justice se déroule traditionnellement très bien à Anvers. Au cours des derniers mois qu'il y a eu temporairement un problème causé par des enquêtes disciplinaires et une plus grande mobilisation de la police locale dans la lutte contre le terrorisme.

D’après Koen Geens, l'évasion de jeudi dernier n'est pas liée à un manque de personnel. Onze membres du Corps de sécurité étaient présents, ce qui est normal en période de vacances.