Le nouveau gouvernement wallon est installé

Le parlement wallon a approuvé ce vendredi la motion de méfiance qui renverse le gouvernement PS-CDH, par 39 voix contre 35. La nouvelle majorité a reçu le soutien du député indépendant Pierre-André Puget. Le débat qui a précédé a démontré que la rupture entre socialistes et centristes est profonde, après 13 ans d’alliance, à la suite des scandales impliquant le PS. Les 7 ministres de l’équipe du ministre-président Willy Borsus (photo) ont prêté serment.

Le président du parlement wallon, André Antoine (CDH), a ouvert la séance pendant laquelle était présentée une motion constructive de méfiance, introduite par huit députés (quatre MR et quatre CDH). Aucun des ministres socialistes du gouvernement de Paul Magnette n’était présent.

La motion réclamait la chute du gouvernement wallon et son remplacement par un nouveau gouvernement. Afin d’y parvenir, une majorité de 75 députés présents était nécessaire. Certains parlementaires sont donc rentrés spécialement de leurs vacances d’été.

La motion a été approuvée par une courte majorité de 39 voix contre 35. La nouvelle majorité a reçu le soutien du député indépendant Puget. La coalition entre les socialistes et les centristes est donc remplacée jusqu’à la fin de la législature par une coalition entre centristes et libéraux.

Jamais vu en Wallonie

Le nouveau ministre-président Willy Borsus (photo), qui quitte son poste ministériel au gouvernement fédéral, devait prêter serment en fin d’après-midi devant le roi Philippe, au château de Laeken. Il prononcera ensuite la déclaration de gouvernement régional devant le parlement à Namur.

Majorité et opposition auront alors encore l’occasion de débattre, avant un vote de méfiance, qui est prévu vers 22h30. Il concrétisera un changement inédit de majorité en Wallonie, à la suite d’une série de scandales (dont celui autour du Samusocial) auxquels sont liés les socialistes. Le CDH avait alors déclaré ne plus vouloir gouverner avec le PS.