Plus simple de devenir inspecteur principal de police ?

Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) souhaite que la formation de cadre moyen à l’école de police soit directement accessible à tout candidat diplômé de l’enseignement supérieur, et plus seulement aux agents. Il veut ainsi remédier à la pénurie d’inspecteurs principaux, indiquent ce jeudi les quotidiens Het Laatste Nieuws et De Morgen.

Le déficit d'inspecteurs principaux s’élève actuellement à 1.122 postes vacants qui ne trouvent pas de candidats adéquats. Les inspecteurs principaux sont 4.566 à être actifs dans les zones de police, alors qu'il en faudrait 5.688.

A l’heure actuelle, les aspirants à la fonction d'inspecteur principal ne peuvent y accéder que par une promotion en interne.

"Le recrutement externe pour le titre d'inspecteur principal ne se fait pour l'instant que pour des profils spécifiques et technologiques", souligne le cabinet du ministre de l’Intérieur, Jan Jambon. "Nous voulons à présent l'étendre pour tous les emplois vacants."

Accéder à la fonction d'inspecteur principal directement après avoir quitté les bancs de l'école pourrait poser question en termes d'expérience. "Un inspecteur qui a évolué en interne a certainement un avantage, mais la pratique montre qu'avec les commissaires recrutés sur diplôme, le retard est déjà résorbé après deux ou trois ans", commente Nicholas Paelinck, porte-parole de la Commission permanente de la police locale. "Détenir les qualités requises compte davantage que l'expérience."

© Bernal Revert - creative.belgaimage.be

Pas assez de candidats internes

"La pénurie d’inspecteurs principaux est un phénomène de ces dernières années", explique Paul Spaens de la Commission permanente de la police locale. "Il y a de moins en moins d’inspecteurs qui veulent tenter la promotion et qui s’inscrivent pour les épreuves de sélection internes".

"Ceux qui participent ne réussissent pas toujours. Ce sont donc aussi les mauvais résultats qui engendrent une pénurie d’inspecteurs principaux en Belgique".