Œufs contaminés : L'Afsca promet de publier "très prochainement" des résultats

L'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) publiera "très prochainement" les résultats des échantillons analysés dans le cadre de la crise sur les œufs contaminés au Fipronil, a-t-elle indiqué samedi.

Des résultats d'analyses des entreprises concernées sont en train de parvenir à l'Afsca, a rapporté sa porte-parole. Lorsqu'ils seront arrivés, l'agence aura une vision globale de la situation et communiquera.

La porte-parole assure que les concentrations découvertes sont inférieures "au très sévère seuil européen", qui est basé sur une consommation de deux œufs par jour. "Pour l'instant, nous ne voyons aucun danger pour la santé publique", affirme l'Afsca.

Le toxicologue Jan Tytgat, de l'université de Louvain (KUL), avait appelé samedi l'Afsca à publier les résultats des échantillons analysés. Cela peut être fait sans désigner les entreprises concernées, a-t-il précisé à l'agence Belga.

L'Afsca a affirmé que les concentrations ne dépassaient pas la limite, mais sans donner de chiffres, ce que déplore le toxicologue. "Le manque de communication pourrait donner l'impression qu'on cache quelque chose", selon Jan Tytgat.

Le toxicologue réclame dès lors que les résultats soient rendus publics sans faire référence aux entreprises concernées. "Nous pourrions de cette manière savoir où se situent les concentrations par rapport à la limite."

Les autorités belges ont appris début juin qu'il y avait "un problème" dans des élevages dû à la contamination d'oeufs par un insecticide, et expliqué samedi avoir gardé le secret en raison d'un enquête judiciaire pour "fraude" en cours.

"Nous sommes au courant depuis début juin qu'il y avait potentiellement un problème de fipronil dans le secteur avicole", a déclaré Katrien Stragier, une porte-parole de l'Agence belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), à la VRT.

"Nous avons alors immédiatement démarré une enquête et nous avons également informé le parquet parce qu'il s'agissait d'une possible fraude. A partir de là le secret de l'instruction a commencé à prévaloir", a-t-elle assuré. "Nous comprenons que les gens se posent des questions sur la santé publique et essayons de leur répondre".

Chickfriend a acheté en toute conscience l’insecticide interdit auprès d’un fournisseur belge

La firme néerlandaise Chickfriend a acheté en toute conscience un produit contenant du fipronil auprès de son fournisseur belge. C’est ce que révèle le quotidien néerlandais NRC sur base des factures dont il dispose.

Le fipronil est une substance toxique qui sert de traitement pour éradiquer le pou rouge dans les élevages, mais ne peut en principe pas être utilisé pour les poules pondeuses. C’est ce produit qui est à l’origine du scandale des œufs contaminés.

Selon NRC, la société néerlandaise mise en cause, ChickFriend, aurait acheté son désinfectant dans le nord de la Belgique, auprès de la société Poultry-Vision, située à Weelde (Anvers).

Fin juillet, une perquisition avait eu lieu dans cette entreprise de la Campine anversoise. La société Poultry-Vision est suspectée d’avoir vendu du fipronil à la place du Dega-16 un produit autorisé.

L’entrepreneur qui dément être impliqué dans le trafic aurait acheté le produit toxique en Roumanie. Une facture datant du 8 mai 2016 montre une commande importante auprès de la firme Farmavet à Bucarest pour du Fiprocid, un produit contenant du fipronil.

Dans un hangars de cet homme d’affaire situé à Baarle-Hertog, des litres de ce produit ont été découverts il y a quelques jours.

Mais l'avocat de cette société a affirmé à la télévision néerlandaise que la société belge n'était pas responsable de l'utilisation potentiellement frauduleuse du produit. Poultry-Vision "a correctement informé les acheteurs de ce produit", a-t-il assuré.