Œufs contaminés : encore 28 entreprises avicoles bloquées

Des 86 exploitations qui avaient été bloquées préventivement, 21 restent encore fermées. A cela sont venu s’ajouter 7 entreprises considérées comme non suspectes, mais où des basses concentrations de fipronil ont été retrouvées. L'insecticide n'a pas été détecté dans la viande des volailles. Entretemps, les journaux De Tijd et L’Echo annoncent que la Belgique se constituera partie civile contre les opérateurs qui ont commis la fraude à l’origine de la contamination d’œufs à l’insecticide.

Des enquêtes judiciaires en Belgique et aux Pays-Bas sont en cours à la suite de la découverte de traces de l’insecticide fipronil dans des œufs dans une quinzaine de pays européens. Aux Pays-Bas, deux dirigeants de l'entreprise Chickfriend, soupçonnée d'avoir appliqué le produit insecticide dans des élevages avicoles, ont été arrêtés et placés en détention.

La Belgique se constituera partie civile contre les opérateurs qui ont commis la fraude à l’origine de la contamination des œufs, ont annoncé les quotidiens De Tijd et L’Echo mercredi. Une information confirmée par l’agence de presse Belga.

Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.

Sept nouvelles entreprises bloquées

En Belgique, l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire garde encore 21 élevages de volailles fermés de manière préventive. L’Afsca a prélevé des échantillons dans plusieurs entreprises à la suite de la crise du fipronil. Au départ, 86 exploitations avaient ainsi été bloquées. Entretemps, 65 d’entre elles ont rouvert. Vingt-et-un élevages restent actuellement fermés, dont 15 de poules pondeuses.

Les entreprises au sein desquelles des œufs contaminés au fipronil ont été décelés peuvent reprendre leurs activités une fois que l’Afsca est certaine qu’elles ne posent plus de risques pour la chaîne alimentaire. "Les sociétés concernées doivent montrer par leurs propres contrôles que leurs nouveaux œufs ne présentent pas de trace de fipronil. L’Afsca se rend ensuite elle-même sur place pour relever des échantillons et les analyser. Si aucun indice de fipronil n’est détecté, l’entreprise peut redémarrer ses activités", explique l’agence.

Au cours de contrôles supplémentaires menés dans des entreprises non suspectes, afin de contrôler tout le secteur, l’Afsca a par contre retrouvé des basses concentrations de fipronil dans sept de ces entreprises considérées comme non suspectes. Elle souligne néanmoins qu’aucun danger pour la santé publique n'est à craindre. L'insecticide n'a pas été détecté dans la viande des volailles.

Bien que les concentrations de fipronil demeurent en dessous des normes européens, "les entreprises concernées ont été immédiatement fermées et les œufs en provenance de ces sociétés ont été retirés du commerce et détruits", précisait l'Afsca. Les résultats ont été transmis aux enquêteurs.

Plus tôt, les deux seuls abattoirs de poules pondeuses en Belgique en également fait l'objet d'un contrôle. "Les 30 analyses exécutées sont toutes conformes. Aucune trace de fipronil n'a été retrouvée dans la viande", se félicite l'Afsca. Enfin, 13 analyses ont ciblé des ovo-produits de la période juin-juillet. Deux échantillons présentaient de très faibles concentrations en fipronil. "Les produits concernés ont immédiatement été retirés du commerce et détruits."

MBE-Photography