La Région bruxelloise lance un plan de stérilisation des chats

Un budget de 92.850 euros a été libéré par la Secrétaire d’Etat bruxelloise chargée du Bien-être animal, Bianca Debaets (CD&V), pour aider les communes bruxelloises à favoriser la stérilisation des chats. Celle-ci deviendra obligatoire dans la capitale dès le 1er janvier 2018, pour tous les chats de plus de six mois.
This content is subject to copyright.

Douze des dix-neuf communes bruxelloises se sont d'ores et déjà manifestées afin d'obtenir un subside de la Région leur permettant d'intervenir financièrement auprès des propriétaires de félins désireux de faire stériliser leur animal, indique la Secrétaire d’Etat Bianca Debaets (photo) dans un communiqué publié ce jeudi. La stérilisation d'un chat est une opération relativement coûteuse (environ 150 euros pour une femelle et 75 euros pour un mâle), ce qui peut dès lors constituer un frein pour de nombreux particuliers.

Or, "la stérilisation est essentielle pour la santé des chats: elle allonge leur espérance de vie et diminue le risque de maladies ainsi que l'agressivité et les nuisances sonores quand les femelles sont en chaleur. Grâce à cette opération, on évite aussi les trop nombreuses portées non gérables qui augmentent le nombre de chats errants et aussi les euthanasies dans les refuges", explique Bianca Debaets, qui souligne qu'en tant que responsable du Bien-être animal, il est de son devoir de lutter contre ce phénomène.

Les douze communes bruxelloises qui bénéficieront de ce soutien financier régional sont Bruxelles-Ville, Anderlecht, Auderghem, Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren, Ixelles, Koekelberg, Molenbeek-Saint-Jean, Schaerbeek, Saint-Josse, Uccle et Watermael-Boitsfort.

Le gouvernement bruxellois a décidé de rendre la lutte contre les chats errants contraignante dès l'année prochaine. A partir du 1er janvier 2018, la stérilisation de tous les chats de plus de six mois sera ainsi rendue obligatoire. Une exception sera toutefois faite pour les élevages de chats de race.