Barcelone: une famille belge fait la une des journaux

Sofie et sa famille se trouvaient à l’entrée du marché couvert La Boqueria à la Rambla quand la fourgonnette a roulé dans la foule. Ils ont pu se cacher dans un marché couvert. Un photographe de l’AP les a pris quand la famille a quitté la zone bouclée.
Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.

"Nous étions juste devant l’entrée de la Boqueria à la Rambla quand nous avons soudain entendu des détonations", raconte Sofie. Avec la panique et le chaos, la famille belge s’est réfugiée dans un stand de poisson du marché couvert qui allait fermé.

La famille s’est cachée autant de temps qu’elle le pouvait. "Nous avions peur que les terroristes puissent surgir de tous les côtés." Quand les propriétaires du stand de poisson ont décidé de quitter le lieu, la famille a suivi. Ils sont ensuite allés se réfugier dans un restaurant voisin. Ils y sont restés jusqu’à ce que la police donne l’autorisation de quitter les lieux.

"Difficile de calmer les enfants"

Les enfants était impressionnés par les événements mais se sont bien comportés. "Nous avons essayé de les calmer le plus possible, mais c’est très difficile si on ne sait pas ce qu’il se passe exactement" poursuit Sofie.

La confusion était surtout palpable quand ils étaient dans le stand de poissons. À ce moment-là, les parents ne savaient pas si des terroristes arpentaient le marché. "Mais nous nous sentions quand même en sécurité et nous avons essayé de transmettre ce sentiment aux enfants."

Cinq minutes

"C’était une expérience vraiment irréelle, mais nous sommes surtout contents que les enfants n’aient vu aucune victime sur la Rambla. Cinq minutes plus tôt, nous nous baladions sur la Rabla où régnait une bonne ambiance."

Quand ils ont quitté la zone bouclée dans le centre, la presse était là. Et c’est à ce moment-là qu’un journaliste de l’Associated Press les a pris en photo. "Notre photo est apparemment dorénavant diffusée dans le monde entier. Nous sommes la famille qui apparaît dans tous les journaux. C’était vraiment bizarre de le constater ce matin", conclut-elle.