L’évêché de Bruges démet le curé de Zwevezele de ses fonctions

Ces dernières années, le prêtre avait déjà fait plusieurs fois l’objet de critiques, notamment parce qu’il se montrait blessant à propos de défunts lors d’enterrements. Les relations avec les paroissiens et ses collaborateurs étaient tendues. Le prêtre parle, lui, de rivalités. L’évêché ne veut pas donner davantage de détails sur les plaintes à l’encontre de Luk Brutin.

Le curé a été écarté lundi de ses fonctions de prêtre des paroisses de Saint-Joseph et Sainte-Aldegonde de Zwevezele, en Flandre occidentale. "L’évêque a pris cette décision bien réfléchie en tenant compte de la procédure canonique et dans le but d’arriver à un travail paroissial plus serein dans les églises de Zwevezele", indique l’évêché de Bruges.

Les tensions avec le prêtre au caractère bien trempé ne datent pas d’hier. Il parle en dialecte west-flandrien et arbore un style peu conventionnel, il a déjà célébré une messe depuis une attraction foraine et permis à un candidat prince Carnaval de mener campagne à l’église. Les paroissiens auraient exprimé de nombreuses critiques à son encontre.

L’ancien évêque Jozef De Kesel avait tenté d’arriver à une conciliation via plusieurs entretiens avec Luk Brutin, et l’évêque actuel Lode Aerts s’était aussi chargé du dossier. Mais finalement, l’évêché a préféré démettre le prêtre de ses fonctions afin de rétablir le calme dans les paroisses. Brutin devrait recevoir une autre fonction. Un autre prêtre a été désigné pour reprendre les paroisses concernées à Zwevezele.