Commissaire de police : "La guerre contre les drogues ne fonctionne pas"

"Retirez toutes les drogues de l’illégalité". Voici l’appel assez surprenant lancé par le commissaire de police Peter Muyshondt. Selon lui, qui a perdu son frère à la suite d’une overdose d’héroïne, la politique anti-drogues actuelle ne fonctionne pas et il faut du changement.
Verwendung weltweit, usage worldwide

Peter Muyshondt (45) est le commissaire en chef de la zone de police Voorkempen dans la province d’Anvers. Il plaide depuis longtemps pour la légalisation des drogues et vient de publier un livre à ce sujet : "Beleid op speed" ("Politique sous speed"). Dans cet ouvrage, il écrit que la "guerre contre les drogues", qui est menée depuis plus de 40 ans, fait plus de mal que de bien.

Pourtant, il était convaincu du contraire auparavant : "J’étais un grand opposant aux drogues. J’étais convaincu que l’approche pénale était la seule bonne manière pour décourager l’usage des drogues", explique-t-il à VRT Nieuws.

Le commissaire a vécu de près les conséquences destructrices de l’addiction aux drogues : son frère Tom est décédé à la suite d’une overdose d’héroïne, ce qui a changé complètement sa vision sur la problématique.

"Après la mort de mon frère, j’ai contacté différentes personnes, j’ai commencé à lire beaucoup : de nombreuses études, des recherches universitaires. Ces documents ont été laissés de côté, car leurs conclusions ne cadrent pas avec la stratégie politique. Petit à petit, j’ai développé une nouvelle vision. Ou plutôt, je l’ai reprise d’autre, car je trouve ce point de vue exact."

"L’usage des drogues augmente chaque année"

Le commissaire Muyshondt est partisan de la légalisation de toutes les drogues, même de l’héroïne. Selon lui, en retirant ces drogues de l’illégalité, les autorités peuvent mieux les contrôler. "Vous pouvez déterminer ce qu’il y a dedans. Vous pouvez également faire en sorte que certaines entreprises soient responsables de la production, mais sous le contrôle strict des autorités."

À ses yeux, les consommateurs pourraient ainsi savoir vraiment ce qu’ils achètent, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle. Et les bandes criminelles n’auraient plus la main mise sur le marché. À ceux qui diraient qu’une légalisation mènerait à une augmentation de la consommation de drogues, voilà ce qu’il répond :

"On peut dire ce qu’on veut, mais la guerre contre les drogues ne fonctionne pas. Nous avons des statistiques sur le nombre d’arrestations et de perquisitions. Mais qu’est-ce que cela change quant à l’évolution de l’usage de drogue ? Rien. La consommation des drogues augmente chaque année, du côté de la production aussi. L’opium et la cocaïne sont des marchés en expansion."

Conflit professionnel?

Même si Peter Muyshondt est commissaire, il assure que son point de vue ne représente pas de conflit avec son travail : "Tant que cela reste dans le milieu de la drogue, nous, en tant que police, continuerons à lutter. C’est notre mission."

"Cela représente toutefois un coût incroyable qui n’apporte rien. De plus, cela provoque des dégâts, que ce soit du côté des consommateurs et des membres de la famille. En outre, tous les consommateurs de drogues ne développent pas un comportement problématique, il s’agit d’une minorité."

Avec son livre, le commissaire souhaite inciter les gens à regarder de manière plus réaliste la politique en matière de drogues et espère l’influencer à terme. "Les responsables politiques suivent l’opinion de la société. J’essaie donc d’abord, avec d’autres, de créer cette assise sociale et de lui donner forme."