"Les casques vélos pour enfants protègent insuffisamment"

L’organisation de protection des consommateurs Test-Achats estime que les normes d’homologation des casques vélos pour les enfants sont insuffisantes. Ces casques ne protègeraient souvent pas suffisamment contre les lésions cérébrales, notamment lors d’un impact venant de côté. L’organisation se tourne vers le ministre des Consommateurs, Kris Peeters (CD&V), en vue d’une éventuelle adaptation des normes européennes.

L'organisation de protection des consommateurs a effectué une nouvelle étude sur les casques vélos pour enfants. Et les résultats ne sont pas encourageants. Le meilleur des casques testés présente un risque moyen de lésions de 30%, alors que les deux plus mauvais affichent un risque de lésions supérieur à 80% dans les conditions du test. Tous ces casques avaient pourtant bien reçu l'homologation européenne, souligne Test-Achats, qui plaide pour une révision des normes.

Le test de l'organisation a été effectué "selon une nouvelle méthode permettant d'évaluer plus précisément, et de manière plus réaliste, le risque de lésions selon les impacts en différents endroits du casque". Les tests imposés actuellement par l’Union européenne ne concernent en effet qu’un impact frontal.

Test-Achats a testé 12 casques vélos différents pour enfants lors d’un impact latéral et constaté que huit de ces casques protégeaient trop peu dans le cas d’une chute sur le côté, par exemple si la tête du jeune cycliste frappe le bord d’un trottoir.

« Huit casques présentaient un risque de blessures de plus de 60% », indiquait Simon November de Test-Achats. Et pourtant ces casques sont vendus après avoir été homologués.

L’organisation belge a sollicité à ce sujet le ministre des Consommateurs, Kris Peeters (CD&V). Ce dernier a indiqué qu'il allait confier l'étude à son cabinet et la faire remonter au niveau européen. "S'il apparaît que les normes européennes pour les casques de vélo sont insuffisantes, elles devront être adaptées", a ajouté Peeters.

Le ministre insiste cependant sur la nécessité du port du casque. Celui-ci permet "d'éviter certaines lésions ou d'en atténuer les conséquences. L'enquête (de Test-Achats) ne doit pas constituer une raison pour mettre en doute l'utilité des casques."