Des chercheurs louvanistes améliorent la ponctualité des trains

Des chercheurs du Laboratoire de recherche sur la Mobilité de l’Université Catholique de Louvain (Brabant flamand) ont étudié le meilleur moyen de parvenir à améliorer la ponctualité des trains. La méthode qu’ils ont trouvée est simple et permettrait notamment de faire circuler les trains 17% plus rapidement dans la capitale. A Bruxelles, la plupart des retards se produisent dans le tunnel reliant les gares de Bruxelles-Nord et Bruxelles-Midi.

"Sur le réseau ferroviaire, de nombreux petits retards se produisent, contre lesquels il y a peu de remèdes", indique Pieter Vansteenwegen, promoteur du projet de recherche louvaniste sur la ponctualité des trains. "Mais ce qu’on peut par contre faire, c’est éviter que les retards se propagent d’un train à l’autre". La méthode a été développée par sa collègue Sofie Burggraeve dans une thèse de doctorat.

Pour ses recherches, elle s’est concentrée sur ce que l’on surnomme "le goulot" sur le réseau ferroviaire bruxellois, à savoir le tunnel reliant les gares de Bruxelles-Nord à Bruxelles-Midi. Presque tous les trains qui traversent la Belgique doivent y passer, sur un nombre limité de voies. La plupart des retards qui se produisent sur le réseau ferroviaire belge naissent donc dans ce goulot.

L’œuf de Colomb

La solution que propose Sofie Burggraeve est très simple. En utilisant mieux les voies de chemin de fer au niveau du goulot bruxellois et en étalant davantage le passage des trains dans le temps, on réduit nettement les risques de retards. Les conséquences en seraient alors immédiatement perceptibles sur l’ensemble du réseau ferroviaire belge.

"La SNCB se concentre actuellement d’abord sur les horaires des trains et puis sur les voies", précisait Pieter Vansteenwegen ce lundi matin, sur la première chaîne radio de la VRT. "En fait, ce devrait être le contraire. La SNCB devrait d’abord allouer les voies et puis confectionner l’horaire. Ce serait nettement plus efficace".

La solution élaborée par les chercheurs louvanistes n’existe encore que sur papier. Mais d’après Pieter Vansteenwegen, elle pourrait être facilement testée lorsque les nouveaux horaires de trains sont élaborés. D’après les calculs des chercheurs louvanistes, cette nouvelle méthode devrait permettre aux voyageurs de traverser Bruxelles quelque 17% plus rapidement.