Chaque jour, 180 millions de litres d’eau potable perdus

En raison de fuites dans le réseau d’approvisionnement en eau, quelque 180 millions de litres d’eau potable sont perdus chaque jour en Flandre. C’est le contenu de 72 piscines olympiques, indique le parlementaire flamand Rob Beenders (SP.A). Il se base sur un rapport d’Aquaflanders, l’organisation qui regroupe les entreprises actives dans le secteur de la distribution et l’assainissement d’eau en Flandre. Beenders presse la ministre de l’Environnement de prendre des mesures. Joke Schauvliege (CD&V) affirme que les sociétés de distribution d’eau sont autonomes et responsables pour leur infrastructure.

La perte quotidienne en eau potable s'élève à 280 millions d'euros par an, un coût répercuté sur la facture d'eau par les sociétés de distribution d'eau, poursuit le député flamand Rob Beenders. Par kilomètre, les canalisations perdent en moyenne 2.900 litres d'eau potable par jour en Flandre. Les sociétés d'approvisionnement en eau les moins performantes perdent 7.500 litres d'eau par kilomètres, soit 6.000 litres de plus que la plus économe.

Rob Beenders presse dès lors la ministre de l'Environnement Joke Schauvliege (CD&V) de prendre des mesures et demande également la tenue d'auditions au Parlement. L'élu socialiste demande aussi plus de transparence et d'efficacité de la part du secteur-même. Selon Rob Beenders (photo), les sociétés d'approvisionnement en eau utilisent déjà des techniques afin de maîtriser les pertes en eau, mais sont plutôt avares en explications.

"Les sociétés de distribution d'eau n'ont pas seulement une mission économique mais aussi écologique. Le rapport d'Aquaflanders évoque des plans d'actions par société, mais le suivi doit être amélioré", ajoute le parlementaire.

"Les sociétés de distribution sont responsables"

La Flandre compte au total un peu plus de 62.000 kilomètres de canalisations gérés par huit sociétés de distribution d'eau. Les résultats pour les différentes sociétés ne sont pas connues: dans le rapport d'Aquaflanders, elles reçoivent simplement un numéro, ce que la Vlaamse Milieumaatschappij (VMM) déplore car les sociétés distributrices ne sont pas encouragées à limiter les fuites.

La ministre flamande de l’Environnement Joke Schauvliege (photo) déclare pour sa part que "les sociétés de distribution sont autonomes. Elles possèdent aussi l’argent. Dans la facture d’eau, un budget est toujours prévu pour l’investissement dans de nouvelles canalisations. C’est aux entreprises à utiliser cet argent pour prévoir une infrastructure sécurisée".

Farys, l’une des huit sociétés distributrices en Flandre et active plus particulièrement en Flandre orientale, affirme investir déjà suffisamment dans son réseau de distribution. Elle nuance aussi la perte de 180 millions de litres d’eau par jour. "Il y a une différence entre ce qui est produit et ce qui est effectivement utilisé par le consommateur. La différence ne s’explique pas seulement par des fuites. Il y a aussi l’eau utilisée par les pompiers, lors d’incendies ou d’exercices. Et beaucoup d’eau est utilisé pour rincer, pour préserver l’hygiène. Et puis il y a aussi les maisons isolées, pour lesquelles nous devons pomper davantage d’eau dans les canalisations, afin que le débit de l’eau soit suffisant pour ces habitations".