"Notre pays collabore avec la police secrète la plus criminelle au monde"

Dimanche, une délégation du Soudan est arrivée à Bruxelles pour aider à identifier les Soudanais parmi les personnes interpellées dans le parc Maximilien, près de la gare de Bruxelles-Nord. Cette décision soulève de nombreuses interrogations de la part Koert Debeuf, spécialiste du Moyen-Orient et directeur du Tahrir Institute for Middle East Police Europe. "Notre pays collabore avec la police secrète la plus criminelle au monde" a-t-il déclaré lors de l’émission De Afspraak (VRT) mardi soir.

La délégation soudanaise est venue à Bruxelles à la demande du secrétaire d’Etat à l’Asile et aux Migrations Theo Francken (N-VA). Ce dernier espère que grâce à cette délégation, une septantaine de migrants soudanais interpellés pourront être identifiés pour ensuite pouvoir être expulsés vers le Soudan. Ce sont des migrants qui ne désirent pas demander l’asile en Belgique mais qui veulent gagner le Royaume-Uni.

"Certain à 99% que cette délégation est composée de membre de la police secrète soudanaise"

Koert Debeuf est certain à 99% que la délégation soudanaise est composée de membres de la police secrète de ce pays. De cette manière, le régime chercherait à identifier les opposants politiques et pourrait les torturer une fois renvoyés au Soudan. "Je n’ai qu’un 1% de doute. Mais alors que Theo Francken me dise qui compose exactement cette délégation, mais il ne le fait pas".

Collaborer avec un régime comme celui du Soudan est très imprudent estime Koert Debeuf. Le régime soudanais est connu pour les violations des droits de l'homme qui s'y produisent et son président, Omar el-Béchir, fait l'objet d'un mandat d'arrêt délivré par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour (ouest du Soudan).

"Dans ce pays, tout est contrôlé par des services qui sont connus dans le monde entier pour pratiquer la torture. Le nombre de fonctionnaire indépendant au Soudan est nul".

"Pas irréprochable"

En outre, l’ambassadeur du Soudan en Belgique, qui a servi de contacts avec Theo Francken, n’est pas quelqu’un d’irréprochable.

Mutrif Siddiq était une figure de premier plan dans les services secrets soudanais lorsque Ben Laden s’est caché au Soudan. Il serait aussi responsable d’un attentat contre l’ancien président égyptien Moubarak.

Selon Koert Debeuf, il est clair que Theo Francken (petite photo)a pris des dispositions avec le Soudan sans savoir à quel point que ce régime était criminel. Il ajoute que son message n’a aucun motif politique. 

"J’espère simplement que cette délégation arrêtera le plus vite possible de travailler ici et qu’on trouvera une autre solution".

Les Verts réclament des explications de la part de Charles Michel

Ce mercredi, le chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre, Jean-Marc Nollet, a réclamé du Premier ministre Charles Michel - actuellement à New York pour participer à l'Assemblée générale des Nations unies - qu'il vienne s'expliquer "le plus vite possible" à la Chambre à propos de la "collaboration" entreprise entre la Belgique et le Soudan à la suite de l'accueil d'une délégation d'officiels soudanais pour identifier leurs compatriotes parmi les migrants arrêtés au parc Maximilien à Bruxelles.

"Mon collègue (le député) Benoît Hellings a demandé au Premier ministre de venir s'expliquer au parlement le plus vite possible sur ce que nous considérons comme une affaire très grave", a-t-il affirmé lors de l'émission Matin Première de la RTBF-radio, dont il était l'invité. Selon Jean-Marc Nollet, le Premier ministre "doit s'expliquer sur la collaboration entre la Belgique et un pays dictatorial".