Un graffiti sur Francken à la résidence du Premier ministre

Un mur du Lambermont, la résidence de fonction du Premier ministre Charles Michel à Bruxelles, a été couvert dans la nuit de jeudi à vendredi d’un message visant le vocabulaire utilisé par le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken à propos des contrôles policiers des migrants au parc Maximilien. "Theo, nettoie plutôt CECI" (photo) peut-on lire tagué en néerlandais à la bombe noire sur le mur blanc.

Le Secrétaire d’Etat Theo Francken (N-VA) avait suscité une nouvelle polémique la semaine dernière en affublant du hashtag "opkuisen" (‘nettoyer’ en français) un tweet sur les arrestations de sans-papiers au parc Maximilien et à la gare du Nord à Bruxelles. Ce n’est pas la première fois qu’il utilise ce terme en parlant de réfugiés. L'opposition s'était fâchée contre ce vocabulaire, que le Premier ministre Charles Michel avait ensuite qualifié d'"inadéquat", rappelant Francken à l’ordre. Ce dernier avait alors présenté ses excuses.

Le tweet en question avait aussi suscité l’indignation des jeunes écologistes francophones (Ecolo J). Ces derniers ont diffusé pendant quelques minutes sur Facebook un photomontage montrant Francken affublé d’un uniforme nazi, un carabine à la main. Ils reprochent au Secrétaire d’Etat de collaborer avec le président soudanais Omar el-Béchir, accusé de génocide et crimes contre l’humanité.

Theo Francken (photo) a en effet fait venir à Bruxelles une délégation soudanaise qui doit tenter d’identifier les Soudanais parmi les réfugiés dans la capitale qui refuse de demander l’asile. Francken a porté plainte contre le photomontage des jeunes Ecolo.

Le graffiti apposé sur un mur de la résidence de fonction du Premier ministre reprend les mots du Secrétaire d’Etat, en lui lançant "Theo, nettoie plutôt ceci". La police recherche actuellement qui est à l’origine de l’inscription à la bombe noire.