Une campagne qui rappe contre la cyberviolence

En collaboration avec les écoles de la capitale, le gouvernement bruxellois a lancé ce vendredi une campagne de lutte contre la cyberviolence et les discriminations sur internet. D’après les experts, un tiers des jeunes seraient en effet confrontés un jour à du harcèlement sur l’internet, notamment via les médias sociaux. La Secrétaire d’Etat bruxelloise Bianca Debaets a fait réaliser une chanson et un clip vidéo de sensibilisation par Mia Lena, l’une des espoirs belges de la scène musicale, et le rappeur Jay MNG.

En Belgique, un jeune sur trois âgé de 12 à 15 ans a déjà vécu une situation de cyberviolence, que ce soit en tant que victime (34,3%), ou en tant qu'auteur (21,2%), a rappelé ce vendredi la Secrétaire d'État bruxelloise à l'Égalité des chances, Bianca Debaets (photo).

"La cyberviolence utilise la caisse de résonance des médias sociaux (Facebook, Snapchat, Instagram) pour attaquer psychologiquement, à distance, un individu, et le caractère public de ces attaques aggrave les ravages. Professeurs, éducateurs, directeurs et parents sont souvent démunis."

La campagne - lancée par equal.brussels, le nouveau nom de la direction pour l'Égalité des Chances - vise les jeunes de 12 à 18 ans. Outre une brochure pédagogique, elle passe par un clip des talents bruxellois Mia Lena et Jay MNG.

"Stop Cyberviolence" défie les jeunes pour qu'ils créent leurs propres "slogans" contre le harcèlement sur internet. Ces phrases-chocs peuvent être écrites, interprétées musicalement, ou faire l'objet de clips. Le but est de diffuser ces productions sur les réseaux sociaux, sous le hashtag #rap4respect. Les meilleurs auteurs pourront participer à un atelier hip-hop ou gagner divers prix.