Des moyens accrus pour l’aide psychologique aux jeunes

Le gouvernement flamand va débloquer 15 millions d’euros supplémentaires par an pour l’aide psychologique aux jeunes. C’est ce qu’a annoncé le ministre régional du Bien-être, Jo Vandeurzen (photo archives), ce dimanche dans l’émission télévisée "De Zevende Dag" à la VRT. Cette semaine, des chiffres réclamés au ministre compétent par le député flamand Björn Anseeuw révélaient en effet que les temps d’attente pour obtenir un rendez-vous aux Centres flamands pour les soins de santé mentale ne cessent de s’allonger.

Il existe en Flandre des centres où les jeunes souffrant de problèmes psychologiques peuvent obtenir une aide et un soutien. Mais ces centres ont souvent une liste d’attente. Les patients doivent parfois attendre plusieurs mois avant de recevoir un rendez-vous.

Au cours de cette semaine, le ministre du Bien-être, Jo Vandeurzen, admettait que la pression sur les centres de santé mentale s'intensifie. Une série de mesures devrait, selon lui, améliorer leur situation. Parmi elles figurent des investissements supplémentaires pour détecter et traiter les problèmes plus rapidement auprès des jeunes, le remboursement des soins psychologiques annoncé par le gouvernement fédéral, et la mise en place d'une assistance en ligne, en complément de l'aide traditionnelle, indiquait encore le ministre.

Invité ce dimanche midi dans l’émission "De Zevende Dag" de la VRT, Jo Vandeurzen a annoncé que son gouvernement débloquerait 15 millions d’euros en plus chaque année pour améliorer l’aide psychologique aux jeunes.

"Nous devons davantage investir dans une détection rapide de problèmes, une intervention rapide aussi et des centres facilement accessibles. Nous devons donc renforcer les centres d’aide à la jeunesse en Flandre qui dispensent une aide psychologique aux jeunes. Il faut renforcer l’accès direct à l’aide. Lorsqu’il y a des signaux, il faut pouvoir intervenir plus rapidement. Nous allons donc mettre de l’argent supplémentaire sur la table, ces prochaines années", précisait Jo Vandeurzen à la VRT.