Le chef espagnol d'une cellule terroriste interpellé à Zaventem

Le chef d'une cellule djihadiste, suspectée de recruter et d'endoctriner des membres pour l'organisation terroriste Etat islamique, a été interpellé à Zaventem, a indiqué la police espagnole mercredi. Il s'agit d'un ressortissant espagnol d'origine marocaine de 26 ans.

Selon le parquet fédéral belge, l'individu a été interpellé à son domicile, sur base d'un mandat d'arrêt européen émis à son encontre par l'Espagne. En Belgique, aucune enquête n'est ouverte sur le suspect, bien que la cellule terroriste prévoyait, selon la police espagnole, de commettre des attentats également en Belgique.

L'individu était le dernier maillon belge du réseau, qui planifiait également des actions en Belgique. Il était l'un des fournisseurs les plus importants de matériel de propagande et organisait des rencontres chez lui ou dans des cafés à Bruxelles. Il était en contact avec des djihadistes en Irak et en Syrie. Il avait tenté à deux reprises de rejoindre une zone de conflit, sans succès. Les membres de la cellule terroriste auraient alors décidé de mener des actions en Europe et notamment en Belgique. Ils auraient établi une liste de cibles potentielles.

La cellule belge avait été érigée en 2014 et s'ancrait dans un important processus de radicalisation dans lequel cinq autres personnes étaient activement impliquées. Trois d'entre elles ont déjà été arrêtées par les autorités espagnoles et l'une par les autorités marocaines. Parmi eux, le jeune frère du suspect interpellé mercredi à Zaventem.

Celui-ci avait déjà été emprisonné en octobre 2015 pour son appartenance à l'Etat islamique.
Outre des contacts directs, ils opéraient également sur les réseaux sociaux en diffusant des capsules vidéo d'opérations kamikazes, notamment.