Les véhicules les plus polluants exclus de Bruxelles dès 2018

Le gouvernement bruxellois a confirmé l’entrée en vigueur de la zone basse émission de polluants étendue à tout le territoire de la capitale, et donc l’interdiction d’y circuler pour les véhicules diesel les plus polluants à partir du 1er janvier 2018. Nonante caméras de contrôle intelligentes seront installées en divers endroits d’ici la fin de l’année. Une vaste campagne d'information et de sensibilisation sera lancée d'ici la semaine prochaine.

Sous le coup d'une procédure de sanction de l'Union européenne pour dépassement de plusieurs normes anti-pollution, Bruxelles ne pouvait plus attendre. C’est ce qu’a indiqué d'emblée le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, participant à la présentation de la campagne de communication aux côtés des ministres Fremault (Environnement), Smet (Mobilité), Debaets (Sécurité routière), Gosuin (Economie), et Jodogne (Santé), à l'issue de la réunion du gouvernement.

Plusieurs fois évoquée depuis le début des années 2000, la zone basse émission sera permanente et sur tout le territoire.

Le gouvernement bruxellois ne doute pas un instant de l'impact de ce dispositif sur la santé des habitants, étant donné que l'on dénombre chaque jour 175.000 déplacements de Bruxellois et 190.000 de navetteurs dans les rues de la capitale.

Déjà annoncées en juin 2016, les premières restrictions progressivement renforcées jusqu'en 2025 seront d'application à partir de janvier prochain lorsque sera instaurée une mesure phare de 144 actions du Plan Air Climat Energie de la Région bruxelloise, l'instauration de la "Low Emission Zone" (LEZ), a précisé Céline Fremault (CDH).

Ce plan a été adopté pour réduire de 30% la production de gaz à effets de serre à Bruxelles à l'horizon 2025.