VRT et RTBF transfèrent leurs terrains à la Région bruxelloise

La radio-télévision publique flamande et sa consœur francophone ont signé ce jeudi l’acte d’achat par la Région de Bruxelles-Capitale de leurs terrains situés au Boulevard Reyers, à Schaerbeek. Ces terrains seront progressivement transférés, entre 2018 et 2025, à mesure que se construit le nouveau projet Médiapark, où la VRT et la RTBF auront cette fois deux immeubles distincts.

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS), le ministre régional des Finances et du Budget, Guy Vanhengel (Open VLD) et les administrateurs-délégués de la RTBF et de la VRT, Jean-Paul Philippot et Paul Lembrechts (photo), ont signé ce jeudi l'acte notarial d'achat par la Région de Bruxelles-Capitale des terrains des deux télévisions publiques situés boulevard Reyers.

Les 19 hectares de terrains concernés seront transférés en huit tranches, entre 2018 et 2025, au fur et à mesure du développement du projet mediapark.brussels qui prévoit la transformation progressive du pôle Reyers en un nouveau quartier "créatif, ouvert, mixte et animé".

Il est notamment rendu possible par la décision de la RTBF et de la VRT de quitter leur bâtiment commun actuel pour deux immeubles distincts, à l'arrière de leur présent emplacement. RTBF et VRT ont introduit leurs demandes de permis respectives pour ces immeubles, dont le début de la construction est prévu fin 2018 ou début 2019.

Leur déménagement, programmé en 2022-2023, libérera leur site actuel, et permettra de reconnecter ce périmètre avec les quartiers voisins et accueillir les nouveaux développements de mediapark.brussels.

Un pôle médias reconnecté avec la ville

Selon Rudi Vervoort, le quartier Reyers compte déjà quelque 5.000 travailleurs des secteurs des médias de l'audiovisuels. Outre la RTBF et la VRT, il regroupe en effet des enseignes-phares de ces secteurs comme RTL, Be TV, Studio L'équipe, D-side Group.

L'ambition de mediapark.brussels est d'aménager, autour des futurs nouveaux sièges de la RTBF et de la VRT, un parc urbain de 8 hectares, environ 2.500 logements de divers types, des équipements et services de proximité (crèche, école, commerces), des locaux pour des entreprises des industries créatives, innovantes et créatrices d'emplois, des écoles supérieures liés au secteur des médias.

Selon les autorités régionales, le tout sera réalisé dans le respect de la topographie du site et de son héritage patrimonial (Enclos des Fusillés, sur le site historique de l'ancien Tir National), en favorisant la mobilité douce et les transports publics, en lien avec la reconfiguration du boulevard et des tunnels Reyers, d'une part, et du début de l'autoroute E40 vers Liège, d'autre part.